Union africaine : Ombres et lumières

30/01/2012
Union africaine : Ombres et lumières

Le sommet de l’Union africaine qui vient de se tenir à Addis Abeba a été marqué par des considérations politiques et économiques.

Sur le plan politique le sommet a eu à tenir compte de la nouvelle donne résultant du printemps démocratique. Partout de nouvelles fermes de gouvernance sont recherchées pour répondre aux aspirations des peuples. Il s’agit de trouver un nouvel équilibre entre les exigences de la liberté et celles de l’autorité sans céder aux excès que pourrait engendrer l’impatience des peuples. 

L’Afrique doit également faire face à de nouveaux défis de sécurité : les actions conjuguées d’Aqmi et de Al Quaïda déstabilisent le Sahel et de nombreux pays africains sont inquiets devant la déferlante de nouveaux extrémismes.

Il existe une voie pour consolider la démocratie africaine : elle se trouve sur le terrain économique. Développer les pays pour  satisfaire les citoyens. Le sommet d’Addis a été consacré  à l’intensification du commerce entre les Etats africains. Il s’agit de lever les obstacles juridiques, physiques et humains pour permettre le renforcement des liens commerciaux.

La construction d’un espace d’ouverture économique renforcera l’unité bien plus que toutes les déclarations politiques.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Au Togo, les Européens développent une diplomatie climatique

Coopération

Les ambassadeurs de France, d’Allemagne et de l’Union européenne se sont retrouvés mardi à Lomé pour parler climat et aide en faveur du Togo.

Caractère imprescriptible des actes de torture

Justice

La torture vise à briser la personnalité de la victime et constitue une négation de la dignité inhérente à l'être humain. 

Le foot togolais achève sa convalescence

Sport

Le congrès de la Fédération togolaise de football (FTF) s’est déroulé samedi à Kara (nord du Togo).

Coup de pouce aux cantines scolaires

Développement

Orabank-Togo a remis un chèque de près de 15 millions de Fcfa pour appuyer le programme de cantines scolaires.