Wiki néant

07/12/2010
 Wiki néant

Les États sont devenus des monstres de technologie. Ils stockent des quantités d’informations sur chacun d’entre nous. Mais. l’affaire Wikileaks vient nous rappeler que ce sont des colosses aux pieds d’argile puisqu’un simple particulier est capable de soustraire des milliers de documents confidentiels au Département d’état américain et de les publier sur Internet.
Cette affaire qui bouleverse la diplomatie mondiale appelle plusieurs observations.
On serait tenté dans un premier temps de l’attribuer au pouvoir déstabilisateur d’Internet. Sur la toile, chaque citoyen devient un journaliste en puissance et peut publier ce que bon lui semble sans que nos sociétés aient trouvé jusqu’à présent des parades adaptées. C’est sur ce terrain de la régulation que les autorités ont tenté d’agir en dissuadant les hébergeurs d’offrir leurs outils au vilain propagateur.
Le reproche adressé à Internet me parait cependant mal fondé pour deux raisons. Tout d’abord, les plus grands journaux de la planète ont accepté de publier les documents volés et de les offrir à leurs lecteurs au nom de la liberté d’information. D’autre part, il y a belle lurette que de prétendus journalistes publient des documents soustraits sans que nul ne s’en émeuve en prétendant se livrer à un journalisme d’investigation alors qu’ils sont les simples recopieurs de documents qu’ils se sont procurés en dehors des règles légales. Le véritable journaliste d’investigation enquête, recoupe, analyse .Il n’est pas une simple machine à photocopier ou à scanner. La dérive Wikileaks est donc une simple extension des pratiques d’un abusif journalisme d’investigation qui présente comme une œuvre originale un photoco-pillage.
La seconde observation se rapporte à la vulnérabilité des techniques modernes. Si des gamins peuvent pénétrer les systèmes informatiques sophistiqués, on imagine ce que peuvent accomplir des spécialistes en franchisant les frontières des banques de données les plus confidentielles. L’insécurité informatique est la règle et le secret l’exception.
Cette affaire incite aussi à s’interroger sur la dictature de la transparence.
Il n’est pas d’Etat organisé sans la protection des données essentielles à sa sécurité et à sa défense.
Il n’y a pas de vie privée possible s’il est loisible d’espionner quiconque et de livrer sa vie intime à la clameur publique. Un tribunal français n’a t il pas trouvé légitime que le maitre d’hôtel de Madame Bettencourt l‘enregistre a son insu et que les documents ainsi illégalement rassemblés soient divulgués et invoqués dans des instances judiciaires? N’a –t-il pas fallu une loi pour protéger les services secrets français contre des perquisitions?
On doute cependant que les documents publiés mettent en péril le géant américain. Il semble en effet que les ambassadeurs frustrés d’être dépossédés de l’essentiel en raison des rencontres directes des gouvernants cherchent à se rattraper sur l’anecdotique.
Je ne pense pas que les relations diplomatiques américaines se trouveront perturbées par la relation des amours illégitimes de tel Chef d’Etat ou par la sympathique apparition d’un chien et d’un lapin lors d’un entretien entre Nicolas Sarkozy et un ambassadeur américain.
De minimis non curat praetor.
Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.