Affaire Kpatcha : Quatre avocats pour défendre l'Etat

07/11/2009
Affaire Kpatcha : Quatre avocats pour défendre l'Etat

Un collectif de quatre avocats, dont deux étrangers, sera chargé de défendre les intérêts de l'Etat togolais dans l'affaire Kpatcha Gnassingbé.

Le député - et frère du chef de l'Etat- est inculpé de tentative d'atteinte à la sûreté de l'Etat.Les avocats sont Me Gabriel Archange Dossou, bâtonnier du Barreau du Bénin, Me Pierre Haïk (photo) du Barreau de Paris, Me Edah N'Djellé et Me Lionel Sanvee du Barreau de Lomé.

Un cinquième avocat de nationalité sénégalaise, absent, ferait également partie du collectif.

Pour le Btonnier Dossou, « Les faits reprochés au prévenu sont extrêmement graves et flagrants. Lorsqu'on s'attaque aux institutions de la république, ce n'est pas de la plaisanterie ou une affaire de famille qu'il faut régler à l'amiable ».

« Nos confrères Djovi Gally, Zeus Ajavon, et le bâtonnier Christian Charrière-Bournazel, qui se sont invités dans ce dossier contre la volonté de Kpatcha Gnassingbé racontent des choses qui ne sont pas conformes à la réalité des faits », a-t-il ajouté.

"Il faut que l'on mette un terme à la polémique selon laquelle il y aurait obstruction concernant la défense de Kpatcha Gnassingbé. Au contraire, en notre qualité d'avocats de la république togolaise, nous souhaitons ardemment qu'il puisse bénéficier d'un conseil", a expliqué pour sa part Pierre Haïk, dénonçant au passage le comportement d'avocats qui se sont auto-constitués pour défendre M. Gnassingbé.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.