Explications douteuses

08/09/2011
Explications douteuses

Kpatcha Gnassingbé, accusé d’être l’organisateur d’un coup d’Etat au Togo en 2009, s’est exprimé pour la première fois mercredi devant la Chambre correctionnelle de la Cour Suprême de Lomé. Il a affirmé avoir été « piégé » et victime d’un « traquenard ».

«Je le dis tout haut, ce sont des événements malheureux, et je demande pardon au président de la République, mon frère aîné, Faure Gnassingbé. Ce pardon ne veut pas dire que je reconnais les faits ou que j’avais un projet de coup d’Etat pour le destituer », a notamment déclaré Kpatcha Gnassingbé avant de s’en remettre aux bons offices du président du tribunal, Abalo Pétchélébia, à qui il a demandé de mener une conciliation avec le chef de l’Etat.

L’ancien ministre de la Défense jure avoir été abusé par un employé à l’Ambassade des Etats-Unis au Togo, un certain  Zag Bawa.

"C'est Zag Bawa qui m'a informé en février 2009 qu'un groupe d'officiers préparait un coup d'Etat et j'ai immédiatement rendu compte au président de la République (…) Par la suite c'est ce même informateur qui m'a indiqué que les Américains me préféraient à Faure et qu'ils souhaitaient que je prenne le pouvoir après le coup (…) ", raconte-il mettant au passage en cause certains officiers supérieurs des FAT.

Des explications confuses qui ont du mal à convaincre.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.