Explications douteuses

08/09/2011
Explications douteuses

Kpatcha Gnassingbé, accusé d’être l’organisateur d’un coup d’Etat au Togo en 2009, s’est exprimé pour la première fois mercredi devant la Chambre correctionnelle de la Cour Suprême de Lomé. Il a affirmé avoir été « piégé » et victime d’un « traquenard ».

«Je le dis tout haut, ce sont des événements malheureux, et je demande pardon au président de la République, mon frère aîné, Faure Gnassingbé. Ce pardon ne veut pas dire que je reconnais les faits ou que j’avais un projet de coup d’Etat pour le destituer », a notamment déclaré Kpatcha Gnassingbé avant de s’en remettre aux bons offices du président du tribunal, Abalo Pétchélébia, à qui il a demandé de mener une conciliation avec le chef de l’Etat.

L’ancien ministre de la Défense jure avoir été abusé par un employé à l’Ambassade des Etats-Unis au Togo, un certain  Zag Bawa.

"C'est Zag Bawa qui m'a informé en février 2009 qu'un groupe d'officiers préparait un coup d'Etat et j'ai immédiatement rendu compte au président de la République (…) Par la suite c'est ce même informateur qui m'a indiqué que les Américains me préféraient à Faure et qu'ils souhaitaient que je prenne le pouvoir après le coup (…) ", raconte-il mettant au passage en cause certains officiers supérieurs des FAT.

Des explications confuses qui ont du mal à convaincre.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.