Incendies des marchés : l’enquête progresse

04/02/2013
Incendies des marchés : l’enquête progresse

23 personnes interpellées dans le cadre de l’enquête sur l’incendie des marchés de Kara et de Lomé ont été présentées au Parquet et font objet d’un mandat dépôt, a  indiqué lundi le procureur de la République, Blaise Essolissam Poyodi.

Tous ceux qui le souhaitaient peuvent se faire assister d'un avocat, a-t-il précisé.

M. Poyodi a mis en garde ceux, qui par leur agissement, entravent le bon déroulement de l’enquête.

«(…) Il s’agit d’une enquête judiciaire sur des crimes très grave qui ont été commis ; elle est menée selon le code de procédure pénale et le code pénal en vigueur. Ceux qui par leurs actions favorisent l’impunité des auteurs et deviennent ainsi leurs complices feraient mieux d’aller se constituer en témoin et en informer  davantage la justice », a-t-il ajouté.

Le procureur a enfin annoncé que les personnes recherchées avaient été interpellées dimanche et qu’elles seraient prochainement présentées à un juge d’instruction.

Par les 23 individus déférés figurent Agbéyomé kodjo, leader d’Obuts (opposition) et son vice-président Gérard Adja, le président de la jeunesse de l’ANC (opposition), Jean Eklou, ex-député pro ANC, Ouro-Akpo Tchagnaou, la responsable des femmes de l’ANC, Suzanne Nkafu, le chauffeur de Jean-Pierre Fabre, Apollinaire Attilé, et le secrétaire général de l’ADDI Alphonse Kpogo.

L’incendie criminel des marchés de Kara et de Lomé est un coup dur pour l’économie du Togo.

Voici la déclaration du procureur de la République, Essolissam Poyodi

S’agissant de l’enquête judiciaire menée actuellement sur la série de destructions et de tentatives de destructions sur plusieurs édifices publics et privés par incendie, perpétrée au cours de ce mois de janvier, je tiens a apporter les précisions.

Les éléments recueillis par la police judiciaire chargée de l’enquête ont montré que les incendies sont d’origine criminelle, sans aucun doute possible.

Il s’agit manifestement d’attentats criminels planifiés et exécutés à l’échelle nationale.

Il apparait que le mode opératoire utilisé est identique dans tous les cas. Ils étaient de toute évidence destinés à assurer de façon certaine la destruction totale des objectifs visés.

Les premières déclarations des suspects confortées par les premières confrontations ont permis de connaitre les circonstances d’exécution des incendies sur les différents lieux, donc les modes opératoires et les rôles respectifs de certains protagonistes.

Les participants se déclinent à plusieurs niveaux :

1-Le rôle des exécutants

2-Le rôle de ceux qui au cours des réunions préparatoires ont ordonné ces crimes

3-Le rôle de ceux qui ont financé ces crimes

4-Le rôle de tous ceux qui en ont apporté tout autre moyens.

A l’heure où je vous parle, toutes les personnes interpellées et gardées à vue ont été déferrées, inculpées et font l’objet de mandats de dépôt.

A la date du 1er février on dénombrait au total 23 personnes. Je vous précise qu’une des personnes citées et recherchée a été interpellée hier.

Elle sera présentée au juge d’instruction. L’enquête se poursuit dans le respect des droits des personnes poursuivies.

Les organisations de défense des Droits de l’Homme (HCDH et Amnesty International) ont pu et peuvent toujours constater que les droits des suspects et inculpés sont respectés.

Je constate avec beaucoup de regret que des gens délibérément jettent publiquement le trouble sur l’enquête qui est menée en voulant aider les personnes interpellées et poursuivies.

Elles déclarent même connaitre les vrais coupables ; à ceux-là je tiens à rappeler que nous ne sommes pas ici dans un jeu ou tout serait permis.

Il s’agit d’une enquête judiciaire sur des crimes très graves qui ont été commis et cette enquête est menée selon le code de procédure pénal et le code pénal en vigueur dans notre pays.

Dans son article 14, le code pénal stipule que sont considérés comme complices de l’infraction ceux qui sciemment ont

1- provoqué l’action en donnant des renseignements ou des instructions ;

2-procuré des instruments, armes, véhicules ou tout autre moyen utile a la préparation, la consommation de l’action ou pour favoriser l’impunité de ces auteurs ;

3- aidé ou assisté les auteurs de l’infraction dans les faits qui l’auront préparée, facilitée ou consommée).

Autrement dit, ceux qui par leurs actions favorisent l’impunité des auteurs en deviennent complices du fait des manœuvres qu’ils organisent en vue de les soustraire aux poursuites.

Ces personnes qui prennent cette responsabilité feraient bien d’aller se constituer témoins et en informer davantage la justice.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.