Jean-Claude Kodjo Toviave risque 20 ans de prison

31/10/2012
Jean-Claude Kodjo Toviave risque 20 ans de prison

Un jury fédéral de Detroit (Michigan) a reconnu coupable d’esclavagisme un homme originaire du Togo. La sentence sera rendue le 6 février prochain; il risque 20 ans de prison.

Après 24h de délibération, les jurés ont estimé que Jean-Claude Kodjo Toviave (en médaillon) s’était bien livré à du travail forcé de 2006 à 2011 sur 4 mineurs originaires du Togo qu’il avait fait venir sous de fausses identités.

Le dossier d’instruction a révélé que Toviave utilisait la menace et la violence pour obtenir des travaux domestiques et n’hésitait pas à frapper ses victimes à coup de fouet ou de bâton.

Le calvaire a duré 5 ans.

« Il fallait tout faire, cuisiner, nettoyer la maison, laver le linge, cirer les chaussures, laver sa voiture, garder ses enfants ou aller nettoyer les maisons de ses amis. Nous n’étions pas payés. Nous étions privés de nourriture et de sommeil lorsqu’il voulait nous punir », ont témoigné les 4 togolais à la barre.

Jean-Claude Kodjo Toviave a plaidé coupable. En février dernier, ce professeur de tennis à l’Université du Michigan, avait déjà été condamné pour fraude aux visas.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Championnat de badminton à Lomé

Sport

Le ‘Badminton Country’ se déroulera les 20 et 21 décembre à Lomé. 16 badistes togolais, béninois, chinois et indiens s’affronteront dans le cadre de cette compétition régionale.

Faux policiers sous les verrous

Faits divers

La police a arrêté 6 individus à Lomé spécialisés dans le vol de motos. Le mode opératoire était imparable.

Avis aux maîtres

Santé

Chiens et chats sont priés de se faire vacciner contre la rage. Une campagne a débuté en début de semaine au cours de laquelle 10.000 doses seront distribuées.

Réinventer l'avenir

Développement

Partout dans le monde, la révolution de l’innovation pour les enfants est en marche … souvent dans les endroits les plus inattendus … et dirigée de plus en plus par les jeunes eux-mêmes.