Pas de quoi fouetter un chat

03/11/2015
Pas de quoi fouetter un chat

Ne pas troubler la paix publique

‘La publication, la diffusion ou la reproduction par quelque moyens que ce soit de nouvelles fausses, de pièces fabriquées, falsifiées ou mensongèrement attribuées à des tiers lorsque, faite de mauvaise foi, elle trouble la paix publique, ou est susceptible de la troubler  est punie d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 2 ans et d’une amende de 500.000 à 2 deux millions de Fcfa  ou de l’une de ces deux peines.’ Ces dispositions sont contenues dans un article du nouveau code pénal adopté lundi par l’Assemblée nationale.

Ces mesures – qui ne concernent pas les médias spécifiquement - ont fait bondir les associations de journalistes qui accusent les députés de remettre en cause les dispositions du code de la presse et de la communication.

Ces organisations condamnent ‘une tentative d’atteinte à la liberté de presse et à la liberté d’expression consacrées par la constitution’.

L’article incriminé ne touche pas aux principes fondamentaux de la liberté des journalistes, il constitue davantage une invitation à la prudence et au professionnalisme.

Mardi, le vice-président du groupe parlementaire UNIR, Christoph Tchao, a tenu à rappeler que tous les citoyens étaient concernés par ces dispositions qui ne dérogent en rien au code de la presse.

Tous ceux qui tentent de propager de fausses informations sont concernées.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

TogoCel est un supporter enthousiaste

Sport

Togo Cellulaire met la main au porte-monnaie. Son directeur général a remis un chèque de 75 millions de Fcfa au comité de mobilisation de la CAN.

Le Togo au seuil du Compact

Coopération

Le Togo a franchi une étape décisive l’année dernière dans le processus devant conduire à son éligibilité au MCA.

Le PUDC se déploie dans tout le pays

Développement

Le Togo a lancé il y a quelques mois un ambitieux projet dénommé le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC).

Opération neutralisation

Faits divers

Un Togolais et un Burkinabé ont été présentés jeudi à la presse par la police. Arrêtés récemment, ils font partie d’un gang de coupeurs de routes.