Prison ferme pour Jacques Dupuydauby

01/06/2016
Prison ferme pour Jacques Dupuydauby

Jacques Dupuydauby

La Cour Suprême de Madrid - Section Pénale – a définitivement condamné Jacques Dupuydauby pour délit d'appropriation frauduleuse des titres de filiales du Groupe Bolloré, notamment au Togo et au Gabon.

Il écope d’une peine de prison de 3 ans, dont 9 mois ferme et l'interdiction d'exercer des fonctions d'administration ou de direction d'entreprises. Il devra en outre payer 10 millions d’euros de dommages-intérêts au Groupe Bolloré.

Cette décision fait suite à des plaintes déposées en 2005 après la découverte d'agissements frauduleux de M. Jacques Dupuydauby.

‘Le Groupe Bolloré a été l'objet de multiples tentatives d'intimidation et de calomnies de la part de l'intéressé qui a aussi déposé de nombreuses plaintes judiciaires en vue de porter atteinte à sa réputation, malheureusement souvent reprises’, indique un communiqué de l’entreprise française.

Le Français, Jacques Dupuydauby, patron de la société de droit espagnol Progosa, ancien gestionnaire d’une bonne partie de l’activité de manutention au Port de Lomé pour le compte du Groupe Bolloré avait été condamné par contumace par le Tribunal de première instance de Lomé à une peine de 10 ans de prison ferme en septembre 2011.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.