Quand Zeus Ajavon se rêve en martyr de la République

02/07/2012
Quand Zeus Ajavon se rêve en martyr de la République

Zeus Ajavon et Raphaël Kpandé Adjaré, deux des responsables du collectif «Sauvons le Togo» ont été interrogés lundi matin par le doyen des juges d’instruction concernant les violences qui ont émaillé la manifestation organisée à Lomé le 12 juin dernier.

Des casseurs avaient provoqué les forces de l’ordre avant de s’en prendre à des biens publics et privés. Total de la facture, plus de 200 millions de Fcfa.

Dans l’après-midi, M. Ajavon a fait le compte-rendu de l’audition. 

«Au cours de notre interrogatoire de première comparution, le juge nous a notifié les charges qui pesaient contre nous. Nous sommes accusés de complicité de violence volontaire sur la base de l’article 46 du code pénal et de complicité de dégradation et de destruction de biens publics », a indiqué le porte-parole du collectif, assurant qu’ « à aucun moment je n’ai donné ni ordre, ni instruction, ni donner les moyens à qui que ce soit de se rendre complice de cette situation ».

«C’est une inculpation sans mandat de dépôt, un seconde audition est prévue mercredi », a-t-il précisé 

«Je m’attends à ce qu’on m’envoie à Dapaong où dans n’importe quel centre de détention du pays. Tout est possible, nous nageons dans l’illégalité absolue », a lancé l’avocat.

En quête de popularité, Zeus Ajavon se rêve déjà en martyr de la cause démocratique. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.