Recherche de la vérité

16/02/2013
Recherche de la vérité

Le procureur de la République, Essolissam Poyodi, a déploré samedi le comportement de certains médias privés qui tentent de manipuler l’opinion publique en diffusant de fausses informations concernant l’enquête en cours sur les incendies criminels des marchés de Kara et de Lomé. Il s’est en outre étonné que des partis politiques locaux ou étrangers relayent ces rumeurs en confondant la légalité de la procédure avec les passions politiques. Une allusion à peine voilée aux communiqués publiés récemment par des formations françaises de gauche.

L’incendie des deux grands marchés est un coup dur pour l’économie du Togo. Le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour aider les sinistrés. 

24 personnes ont été déférées au Parquet. Certaines sont membres de partis de l’opposition.

Voici le communiqué du procureur de la République

 L’enquête judiciaire ouverte suite aux incendies ayant ravagé certains édifices publics et privés courant  mois de janvier 2013 a conduit à l’interpellation de 24 personnes sur qui pèsent des présomptions graves d’avoir pris part à la préparation et à la commission des faits incriminés.

Toutes ces personnes ont été déférées au parquet qui a ouvert immédiatement une information judiciaire contre elles au premier cabinet d’instruction. Le juge d’instruction a procédé sans délai à leur inculpation et les a placées sous mandat de dépôt.

L’information se poursuit actuellement en toute sérénité par l’interrogatoire au fond des inculpés.

Malheureusement, des médias privés pour des raisons inavouées se plaisent à manipuler l’opinion publique non avertie par la publication d’informations erronées sur la procédure en cours.

Cet état de chose est relayé par les partis politiques nationaux et étrangers qui ont vite fait de confondre la légalité de la présente procédure avec les passions politiques.

Cette situation appelle du parquet la mise au point suivante :

1-    Il est regrettable que les personnalités étrangères de rang si élevés s’immisce dans le fonctionnement de la justice de façon aussi scandaleuse dans le but d’influencer le cours de la procédure.

2-    L’enquête ouverte au lendemain de la survenance des incendies est purement judiciaire.

3-    Les actes de destruction volontaire par incendie ou explosifs des édifices d’utilité publique et divers ou autres biens publics et privés constituent des infractions graves à la loi pénale et sont qualifiées de crimes par l’article 127 du code pénal.

4-    Les personnes interpellées et poursuivies le sont sur la base des dispositions du code pénal et du code de procédure pénal. Et pour les actes qui leur sont reprochés sans considération de leur statut social ni de leur appartenance quel quelle  soit.  Tous les prévenus sont accessibles et les organisations de défense des droits de l’homme notamment, la CNDH, le HCDH, Amnesty International les visitent régulièrement.

5-    Les personnes interpellées qui l’ont souhaité ont été assistées par leur conseil aussi bien en enquête préliminaire au parquet qu’actuellement devant le juge d’instruction. Les magistrats en charge de la présente procédure sont plus que déterminés à rechercher la vérité dans le strict respect de la règle de droit sans interférence de qui que ce soit.

Le procureur de la République

Essolissam Poyodi

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.