Un cas d’espèces

18/12/2012
Un cas d’espèces

Il y a deux ans, 33 commerçantes togolaises et nigériennes étaient interpellées à l’aéroport de Lomé alors qu’elles s’apprêtaient à se rendre en Chine. Dans leurs valises et leurs sacs à main, des milliards de Fcfa en espèces destinés à acheter des marchandises en Asie.

Des sorties de fonds de cette importante évidemment  interdites par la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest dans tout l’espace UEMOA. Ailleurs dans le monde, au delà de 10.000 dollars, les montants doivent être dument déclarés à la douane.

Mais il est vrai que les commerçantes au Togo et ailleurs en Afrique continuent de travailler à l’ancienne ; pas de virements, pas de cartes de crédits et souvent pas de comptes en banque.

Deux ans donc après la saisie, le ministre de la Justice, Tchitchao Tchalim, a restitué 987 millions de Fcfa à ces revendeuses, mais la procédure judiciaire se poursuit.

C’est un geste fait par les autorités pour permettre aux commerçantes de poursuivre leurs activités, en attentant la décision de justice, explique-t-on dans l’entourage du ministre.

Sur les 8 milliards saisis à l’époque, une grande partie de l’argent d’ores et déjà été rendu à ses propriétaires. Reste 800 millions à verser après la décision de la Cour Suprême qui devrait intervenir dans les mois qui viennent.

Mardi, les commerçantes ont exprimé leur reconnaissance aux autorités.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Hanoukopé aura sa Bluezone

Tech & Web

Une seconde BlueZone, après celle de Cacaveli, verra prochainement le jour à Hanoukopé, un quartier de Lomé.

Grenade lacrymogène tirée par accident à Lomé

Faits divers

Un commissaire et un fonctionnaire de police ont été sanctionnés après un incident survenu mercredi dans la capitale.

Adebayor est bien dans ses baskets

Sport

Adebayor semble très heureux dans son nouveau britannique. C’est ce qu’il a confié mercredi au Sun. 

Les crocodiles disent merci à la Banque mondiale

Environnement

La retenue d’eau de Boadé (Nord-Togo) est menacée. La Banque mondiale se mobilise pour protéger ce site essentiel pour les populations riveraines.