Une Rolex en or et diamants pour Pascal Bodjona

02/09/2012
Une Rolex en or et diamants pour Pascal Bodjona

«La seule chose que moi je souhaite, c’est de pouvoir récupérer mon argent. Si l’argent m’est restitué, j’arrêterais toutes procédures et toutes plaintes contre les gens au Togo et ailleurs qui sont impliqués dans cette affaire ».

C’est ce qu’a indiqué dimanche l’homme d’affaires émirati, Abass Al Youssef (photo) lors d’un point de presse à Lomé 

Abass Al Youssef a bien confirmé qu’il avait été victime d’actes délictueux, commis par des togolais, et qu’il avait déposé plainte. Il a nommément mis en cause Pascal Bodjona l’ancien ministre de l’Administration territoriale.

L’Emirati, qui s’est fait soutirer 48 millions de dollars dans une arnaque à la nigériane, s’est par ailleurs étonné que la police française n’ai pas donné suite au mandat d’arrêt international délivré par le Togo contre Loïk Le Floch-Prigent, ancien patron de de la compagnie pétrolière Elf et de la SNCF.

Pascal Bodjona était toujours entendu lundi par la gendarmerie.

Voici la déclaration de Abass Al Youssef

En mars 2011, j’ai déposé une plainte contre Bertin Agba, Loïc Lefloch Prigent, et les personnes qui les ont aidés à me soutirer plus de 48 millions de dollars dans une grosse affaire d’escroquerie.

Au cours de la procédure, j’ai été interrogé par la gendarmerie togolaise et par un juge d’instruction togolais et j’ai été confronté avec M. Agba Bertin.

Dans toutes mes déclarations et dépositions, j’ai clairement indiqué, quel était exactement le rôle de M. Pascal Bodjona dont le nom et la position avaient été utilisés pour me déterminer, pour me convaincre de remettre toutes les sommes d’argent que les gens qui étaient autour de moi dans ce gang me demandaient de leur remettre.

J’ai eu divers contacts avec le ministre Bodjona lui-même à qui j’ai offert une montre Rolex de grande classe en or et diamants et à qui j’ai apporté d’autres cadeaux.

J’ai été également invité dans la maison de l’ancien ministre de l’Intérieur togolais où j’ai été pour le remercier pour tout ce qu’il faisait dans cette affaire qu’on me présentait comme une affaire originale mais en fait qui était celle dans laquelle Loïc Le Floch Prigent et M. Agba s’étaient arrangés pour me soutirer de l’argent.

Au milieu du mois de juillet 2012, j’ai été convoqué par le juge d’instruction togolais pour une confrontation avec M. Bodjona le 28 août 2012. Malheureusement, quand je suis arrivé, il n’a pas été possible d’avoir cette confrontation avec M. Bodjona et j’ai des difficultés à comprendre pourquoi.

On m’a expliqué que je n’avais pas déposé de plainte contre M. Bodjona parce que son nom n’était nulle part mentionné dans ma plainte de mars 2011. 

Pour moi, la plainte était globale ; il y n’y avait pas besoin de mentionner tous les noms.

Dans dans toutes mes déclarations, depuis le début, aussi bien à la gendarmerie que devant le juge d’instruction, j’ai mentionné le nom de Pascal Bodjona et le rôle que je pensais ou que j’avais compris être le sien.

En conséquence et pour préciser les choses de façon claire, j’ai donc décidé de déposer une plainte additionnelle mentionnant clairement son nom que j’ai rédigé le 30 août 2012, déposé devant le procureur le 31 août.

Je me tiens entièrement  à la disposition  de la justice togolaise et je voudrais très fortement que cette procédure aille à son terme et qu’elle puisse attendre la vérité et la justice que chaque être humain sur la planète mérite.

Je ne suis pas togolais, mais je suis un être humain. Si un togolais est victime d’une infraction en dehors de son pays partout dans le monde, personne ne peut l’interdire la justice de l’endroit où il a été victime de cette infraction et d’avoir une victime qui lui soit rendu.

Je voudrais que les togolais comprennent, je suis un étranger, mais que je mérite aussi d’être traité de la même manière que tout togolais serait traité où il se rend  et où il est victime d’une infraction.

Je n’ai pas besoin d’être un togolais pour que mes droits soient respectés ici.

Je n’ai rien de personnel contre M. Agba Bertin et M. Bodjona. Cependant, dans la mesure où il s’agit d’actes délictuels, j’espère que  la justice togolaise traitera ces sujets avec impartialité, indépendance et compétence.

La seule chose que moi je souhaite, c’est de récupérer mon argent. Si mon argent m’ait payé, j’arrêterais toutes procédures et toutes plaintes contre les gens qui sont concernés dans cette affaire. Je suis totalement ouvert à quelque règlement à l’amiable que ce soit qui puisse aboutir à cette solution, celle qui m’apporterait ce qui m’a été pris.

Pour moi, cette affaire n’a rien à avoir avec des manœuvres politiques. Dans tous les cas, je n’ai rien à faire avec les politiciens où la politique togolaise, je suis un homme d’affaire, un point un trait.

Je suis victime d’actes délictueux, qui implique les togolais et comme cela est le cas dans tous les pays du monde, j’ai déposé une plainte devant les juges et les procureurs togolais.

Une autre chose que je ne pouvais pas comprendre, c’est la procédure engagée par les juges togolais qui ont signé un mandats d’arrêt contre Loïc Le Floch Prigent n’a jamais pu aboutir en France où il n’a jamais été arrêté, interrogé malgré les actes des juges togolais envoyés en France.

J’ai instruit mes avocats de déposer une plainte contre Loïk Le Floch-Prigent à Paris.

J’en appelle à chacun d’entre vous de traiter cette affaire avec impartialité et honnêteté.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.

L’aéroport de Lomé teste une alternative au GPS

Tech & Web

Un nouveau  système de positionnement par satellite baptisé ‘Galileo’ sera déployé d’ici 2020 dans les aéroports africains.