A la Une mercredi

22/06/2011
A la Une mercredi

L’exclusion d’un étudiant de l’Université de Lomé fait les gros titres de la presse. Adou Seibou, un activiste à tête d’une petite organisation syndicale qui s’était illustré par des violences sur le campus, a été sanctionné par la direction. 

« Cette décision ne me fait ni chaud, ni froid, elle est illégale et émane de quelqu'un qui n'est plus ce qu'il était, nous ne reconnaissons plus M. Ahadji Nonou comme président de l'université de Lomé", déclare l’intéressé dans les colonnes du Regard.

Forum de la Semaine s’étonne de la décision. "Au lieu de guérir le mal à la racine en apportant des solutions adéquates aux revendications des étudiants, le pouvoir a préféré mettre sous éteignoir, celui qui refuse, depuis la rencontre tripartite intervenue entre les représentants des étudiants, les autorités universitaires et des membres du gouvernement, de rentrer dans les rangs, tant que le consensus dressé par un procès verbal de réunion ne sera pas traduit dans un accord dûment signé", écrit le quotidien.

"Le Professeur Ahadji prêche la réconciliation à la CVJR pendant qu'il fait bastonner les étudiants au campus", titre l'Alternative.  

Liberté parle de "gaucherie, de mauvaise foi, de méchanceté et de cynisme de la part des gouvernants".

Togo presse ne parle pas de cette exclusion préférant consacrer un article à la formation des nouveaux agents du Trésor public.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.