A la Une

05/12/2011
A la Une

Plusieurs journaux parus lundi se perdent en conjectures sur les dernières propositions formulées jeudi dernier par le Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC) relatives à la limitation du mandat présidentiel et au principe de non-rétroactivité.

Liberté (opposition) estime qu’il est « bien triste qu'au moment où au Bénin à côté, Yayi Boni s'engage à se retirer du pouvoir en 2016 après ses deux mandats, malgré toutes les réalisations faites dans ce pays, son alter égo du Togo, pourtant dit +esprit nouveau+ manœuvre pour rempiler".

La non-rétroactivité proposée par le CPDC ne choque pas L’Eveil de la Nation. « C’est un principe universel, qu'on soit en Europe ou en Afrique ou même en Amérique (…) ", rappelle ce journal.

Rappelons que le CPDC est un organe de consultation et d’échange dont les avis seront pris en compte pour modifier, le cas échéant, la constitution. On est donc à l’heure actuelle au stade des pistes à explorer.

Forum de la Semaine, estime que l’opposition se perd dans les futilités. 

"Profondément hypnotisée et accrochée aux accessoires, l'opposition doit rechercher un remobilisation vers les fondamentaux de la démocratie" écrit le quotidien. 

Golfe info publie un dossier consacré au sort des handicapés au Togo. "Contrairement à ce que les gens pensent, les handicapés togolais se débrouillent plus qu'on ne le croit", souligne ce journal.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.