A lire jeudi

05/07/2012
A lire jeudi

Le collectif «Sauvons le Togo» a un problème majeur: il veut à la fois une chose et son contraire. C’est le constat dressé jeudi par Le Soleil. "Comment après tant de boucan pour quémander le dialogue sur des questions d'intérêt national, le collectif peut-il rejeter la main tendue du pouvoir?", se demande le journal.

Si, comme le prétendent les responsables du collectif, la manifestation du 12 juin dernier à Lomé à rassemblé 700.000 personnes, pourquoi refusent-ils d’aller aux législatives en se conformant au cadre légal adopté récemment ? Un tel soutien populaire devrait au contraire les encourager à participer activement aux élections, estime Chronique de la Semaine. 

Forum de la Semaine attend la décision de la justice concernant la responsabilité éventuelle des animateurs du collectif dans les débordements qui ont accompagné la manifestation du 12 juin.

"Après l'audition des trois avocats, il revient maintenant au juge de décider à tout moment s'ils ne sont pas coupables des faits et prononcer une ordonnance de non-lieu à leur endroit", écrit le quotidien.

"Interdire encore les marches au Togo c'est revenir à des pratiques moyenâgeuses", estime Le Bâtisseur qui recommande aux autorités de laisser faire. 

Enfin Le Nouveau Réveil prédit un bras de fer entre le chef de l’Etat et les magistrats qui réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Merci à Faure Gnassingbé

Cédéao

Le nouveau Premier ministre bissau guinéen, Aristides Gomes, va entamer une tournée ouest-africaine qui le mènera à Lomé.

Les droits des personnes est au cœur du développement

Développement

Le gouvernement togolais travaille pour garantir un développement inclusif, équitable et durable.

Sida : appui américain

Santé

Les Etats-Unis aident le Togo et d'autres pays africains à lutter plus efficacement contre le sida. Et fournit des moyens financiers.

N'avalez pas trop vite

Santé

Le marché de la contrefaçon de médicaments ne s’est jamais aussi bien porté.