A lire jeudi

27/12/2012
A lire jeudi

Sale temps pour le président de la Fédération togolaise de football. "La FIFA sanctionne Gabriel Améyi en lui retirant le pouvoir de signature", titre Liberté.

"Reconnu coupable de malversations financières des fonds de la FIFA à la FTF, Gabriel Améyi dépossédé de signature sur le compte bancaire de la FTF", indique Le Correcteur.

Le bi-hebdo affirme que le président de la FTF est « en complicité avec le directeur de la BTCI et une dette de plus de 254 millions sur le compte de la FTF" a été contractée ».

Le Destin des Nations ouvre ses colonnes à Agbéyomé Kodjo, à propos de rumeurs selon lesquelles l’ancien Premier ministre aurait tenté d’organiser un coup d’Etat."je ne suis lié à rien concernant cette affaire », affirme-t-il.

L'hebdo déplore d’ailleurs qu’au Togo « on voit désormais des coups d'Etat partout".

Politique encore avec Le Correcteur qui parle de « législatives au forceps » et Liberté qui publie le message de vœux du leader de l’ANC."Nous demeurons convaincus que les populations togolaises n'entendent plus se laisser entraîner dans des élections sans lendemain", écrit Jean-Pierre Fabre.

Enfin, Libéral annonce qu'une journée convergence sur le genre se déroule jeudi à Lomé.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Garder l’espoir

Santé

Une association franco-togolaise veut installer à Lomé une unité pilote pour soigner et accompagner les enfants atteints d'un cancer.

La Chine et le Togo ont un ennemi commun

Santé

Fort heureusement, le Togo n’a pas été touché par l’épidémie d’Ebola. Sa politique de prévention a sans doute été payante même si il doit rester sur ses gardes.

S'informer, se faire une opinion

Politique

La section France du parti UNIR (majorité présidentielle) organise samedi une conférence sur l’actualité politique au Togo. 

Le Togo se félicite de la décision de l’UA

Union Africaine

Les islamistes nigérians de Boko Haram sont devenus une menace pour la sécurité de tout le continent africain et nécessitent une réponse collective.