A lire jeudi

27/12/2012
A lire jeudi

Sale temps pour le président de la Fédération togolaise de football. "La FIFA sanctionne Gabriel Améyi en lui retirant le pouvoir de signature", titre Liberté.

"Reconnu coupable de malversations financières des fonds de la FIFA à la FTF, Gabriel Améyi dépossédé de signature sur le compte bancaire de la FTF", indique Le Correcteur.

Le bi-hebdo affirme que le président de la FTF est « en complicité avec le directeur de la BTCI et une dette de plus de 254 millions sur le compte de la FTF" a été contractée ».

Le Destin des Nations ouvre ses colonnes à Agbéyomé Kodjo, à propos de rumeurs selon lesquelles l’ancien Premier ministre aurait tenté d’organiser un coup d’Etat."je ne suis lié à rien concernant cette affaire », affirme-t-il.

L'hebdo déplore d’ailleurs qu’au Togo « on voit désormais des coups d'Etat partout".

Politique encore avec Le Correcteur qui parle de « législatives au forceps » et Liberté qui publie le message de vœux du leader de l’ANC."Nous demeurons convaincus que les populations togolaises n'entendent plus se laisser entraîner dans des élections sans lendemain", écrit Jean-Pierre Fabre.

Enfin, Libéral annonce qu'une journée convergence sur le genre se déroule jeudi à Lomé.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.