A lire lundi

25/06/2012
A lire lundi

L’ancien ministre de l’Intérieur, François Boko, auteur d’une tentative de coup d’Etat raté en 2005, est-il l’inspirateur de la manifestation organisée il y a quelques jours par des groupes d’opposants ? Combat du Peuple est en quasiment convaincu. "Stratégie de terreur de conquête du pouvoir, François à la manette des mouvements du collectif sauvons le Togo", titre lundi ce journal.

Dans Nouvelle Opinion, Gilbert Bawara, le conseiller spécial du président de la République, dénonce une "une conspiration contre le peuple" et appelle à "un franc jeu" de la part de l’opposition. 

L’une des revendications formulées par le collectif « Sauvons le Togo » porte sur le découpage électoral. Mais Forum de la Semaine estime qu’il s’agit là d’une requête « sans fondement ».

« Les critères de démographie et de géographie sont rigoureusement pris en compte dans la répartition des sièges", souligne ce quotidien.

Liberté propose une interview d'Agbéyomé Kodjo; l'ancien Premier ministre charge le président Faure Gnassingbé, responsable à ses yeux de tous les maux qui frappent le Togo.

En rubrique sport, Le Correcteur affirme que le président de la Fédération togolaise de football est dans la tourmente financière.

"Après avoir détourné les fonds PAF, Goal2 et 3 de la FIFA, Gabriel Améyi a contracté une dette de 148 millions de fcfa sur le compte de la FTF à la BTCI", peut-on lire.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.