A lire mardi

20/08/2013
A lire mardi

‘C’est parti pour 60 mois de contrôle de l’action gouvernementale’, titre Forum de la Semaine mardi pour signaler l’ouverture de la 5e législature. Qui sera le nouveau président de l’Assemblée, se demande Le Médium qui cite le nom de Dama Dramani.

Pour Liberté, une ‘bataille rangée se prépare entre le pouvoir et l’opposition’ au Parlement à propos des réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Agni L’Abeille conseille à l’opposition d’’arrêter d’aboyer’ et de travailler pour le bien du Togo. ‘Cette nouvelle législature inaugure une nouvelle ère dans la gouvernance de Faure Gnassingbé’, estime l’hebdo.

Actu Express souhaite que ‘les députés impriment un nouveau modèle’ en ne perdant jamais de vue que leur élection doit permettre d’améliorer le quotidien des Togolais. 

L’opposition désunie après les législatives du 25 juillet est un sujet de préoccupation pour L’Alternative. «Comment amener les responsables de l’opposition à remettre en cause la stratégie infructueuse actuelle basée sur les ambitions certes légitimes des hommes au profit d’un vrai projet de société pour réaliser l’alternance tant souhaitée par les togolais », écrit le journal.

Togo Presse revient sur la visite au Togo d’une délégation d’hommes d’affaires canadiens.

Enfin, en rubrique Sport, Actu Express affirme que Didier Six est maintenu comme entraîneur des Eperviers.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.