A lire mercredi

28/11/2012
A lire mercredi

«Le Comité des Nations Unies contre la torture demande à l’Etat togolais de déférer les auteurs des actes de tortures devant la justice», rapporte mercredi Liberté qui pointe d’un doigt accusateur le Colonel Massina Yotrofeï et le Général Atcha Titikpina.

Le même journal évoque les prochaines législatives en soulignant que «Le pouvoir Faure Gnassingbé a décidé de passer en force sans les réformes ».

Et ce quotidien d’opposition de citer Gilbert Bawara, le ministre de l’Administration territoriale : «Il serait illusoire de continuer à insister sur les reformes constitutionnelles et institutionnelles avant les législatives », indique l’officiel dans des propos publiés par le journal.

Info-Sud indique que « le pouvoir et l’opposition sont à couteaux tirés pour sortir le pays de l’impasse dans laquelle il se trouve ».

Info récurrente, l’affaire d’escroquerie dont a été victime un ressortissant émirati. Le Triangle des Enjeux parle d’ « une probable interpellation du président de l’Assemblée nationale, El Hadj Abass Bonfoh ».

Enfin, Togo-Presse indique que «La Banque mondiale a mis en place un portefeuille de 600 millions de dollars destiné à la création des centres d’excellence dans la sous-région ».

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Région Maritime : programme d’électrification

Coopération

L'UE finance le réseau d'accès à l'eau potable dans 28 communes de la périphérie de Lomé. Elle s'attaque maintenant à l'électrification.

Une médiathèque nouvelle génération

Culture

La médiathèque de l'Institut Français du Togo ouvrira ses portes au public le 8 septembre 2015. Les nouvelles technologies au service de la culture.

Les pompiers du foot dépêchés à Lomé

Sport

Une délégation de la FIFA est arrivée à Lomé pour tenter de mettre un peu d’ordre dans les affaires de la Fédération togolaise de football (FTF).

Applications innovantes pour mobinautes togolais

Tech & Web

L’Afrique est de plus en plus accro aux applis. Une majorité d’Africains disposant d’un smartphone ressent le besoin de se connecter au Web plusieurs fois par jour.