A lire mercredi

04/09/2013
A lire mercredi

Les journaux proches de l’opposition goûtent modérément l’élection de Dama Dramani à la présidence de l’Assemblée. Taxé de ‘faucon’ par Le Triangle des Enjeux, il est le ‘symbole d’un passé révolu’, souligne Le Regard. Pour Liberté, le choix porté sur Dramani est ‘Un message implicite de Faure Gnassingbé à l’opinion’.

Liberté semble lâcher Jean-Pierre Fabre après des années d’un soutien plus qu’actif. Le quotidien critique le comportement du leader de l’ANC accusé de vouloir créer son propre groupe parlementaire, sans le CST. Fabre aurait tort de se gêner car il a le plus gros contingent de députés au sein du CST.

Jean-Pierre Fabre est même accusé d'esprit munichois et de suivre les traces de l’UFC en pactisant avec le pouvoir.

‘Au lieu de proposer d’autres alternatives plus crédibles pour réorienter le combat, Jean-Pierre Fabre se retrouve exactement dans la posture du parti qu’ils ont quitté au profit de l’ANC’, écrit Le Triangle des Enjeux.

Fraternité évoque un divorce imminent entre l’ANC et le CST. Le même journal propose un référendum constitutionnel pour toutes les grandes réformes qui seront examinées par l’Assemblée nationale.

Droits de l’homme, Togo Presse signale que les autorités s’apprêtent à passer une seconde audition devant le conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Grand Prix de la Kozah : victoire de Hamza Assoumanou

Sport

La première édition du tour cycliste  'Grand Prix de la Kozah' a été remportée jeudi par Hamza Assoumanou de l’équipe Bike Aid (Kpalimé).

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.