A lire vendredi

07/06/2013
A lire vendredi

Des dizaines de gourdins seraient actuellement fabriqués pour servir à réprimer la population. Cette information stupide est à lire dans le journal d’opposition L’Alternative. Il racontera certainement dans ses prochaines éditions que le gouvernement a achevé la construction d’une usine de production de gaz sarin ! 

Les élections législatives se préparent avec la mise en ligne du site de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), signale L’Eveil de la Nation. Mais L’Alternative, toujours lui, voit dans le processus de dépôt des candidatures la volonté du gouvernement « de piéger les opposants et certains prétendants de son propre camp ».

Le ministre de la Justice sera à Paris la semaine prochaine. Au cours d’une conférence de presse, il évoquera, notamment, l’enquête sur les incendies criminels des marchés de Kara et de Lomé et celle concernant l’affaire d’escroquerie internationale dont a été victime un ressortissant émirati.

L’occasion sans doute pour le ministre de répondre aux affabulations de Loïk le Floch Prigent, l’un des inculpés. Liberté assure que ce déplacement n’a qu’un objectif : répondre aux accusations de Loïk le Floch Prigent, l’ex patron d’Elf qui demeure inculpé. Ce quotidien devrait plutôt parler d’affabulation de Le Floch-Prigent. Pour L’Alternative, ce sera l’occasion de « diaboliser le CST ».

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.