Aimé Gogué en goguette

31/03/2014
Aimé Gogué en goguette

Aimé Gogué, le président de l’ADDI (opposition) aurait indument perçu des per diem lors de la 33è session ordinaire du CIP-Uemoa. Il a facturé 16 jours de présence, mais il en a passé que trois. C’est ce qu’affirme lundi Forum de la Semaine. ‘Cette attitude de gloutonnerie prouve à suffisance que les donneurs de leçons de l’opposition togolaise ne sont pas les plus saints’, écrit le quotidien. 

Ces politiciens font la honte du Togo, renchérit Nouvelle Opinion. Cette affaire, estime le journal, risque d’entamer l’image de probité morale et d’intégrité sur laquelle Gogué a bâti son parcours politique. 

Les titres proches de l’opposition ne parlent pas de cette histoire et ne retiennent que la réélection d’Aimé Gogué à la tête de l’ADDI. Info à lire dans Liberté et Le Correcteur.

A propos de la bavure de Bassar, Nouvelle Opinion salue les clarifications apportées par le ministre de la Sécurité. Forum de la Semaine estime que le gouvernement a fait preuve d’une totale transparence, mais Golfe Info ‘doute que toute la vérité ait été dite.

Enfin Liberté signale que la Cour des comptes vient d’épingler la gestion ‘approximative’ du Maire de Lomé, Fogan Adegnon, dans la passation des marchés publics.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.