Bon anniversaire !

11/07/2008
Bon anniversaire !

Radio Kara, la seconde radio publique togolaise souffle ses 33 bougies. Un anniversaire marqué essentiellement par des activités de reboisement.

Le personnel de « la fidèle » (c'est le slogan de Radio Kara), avec à sa tête son directeur, Lémou Kossi Kalabani, a mis en terre jeudi 300 plants dans la cour de la station. Le patron de Radio Kara a indiqué à l'ATOP que cette opération vise à redonner aux locaux de la station, la verdure et la fraîcheur, « conditions essentielles d'un travail de réflexion qui doit se traduire dans la fabrication des programmes ».

Se référant à l'univers concurrentiel auquel font face depuis plus d'une décennie les médias publics, Lémou Kossi Kalabani a exprimé le vŒux de voir les stations de radios et télévision publiques érigées en un office national.

Créée en 1975, Radio Kara, située à Kara à environ 400 Km au Nord de Lomé, avait pour mission initiale de relayer l'information en direction des populations du Nord.

Elle couvre aujourd'hui l'enemble du territoire national, tout comme sa sŒur aînée Radio Lomé née en 1953.

Depuis la libéralisation de l'espace médiatique au Togo dans les années 1990 (loi N° 90-025 du 30 novembre 1990), les deux radios publiques partagent le paysage radio avec une soixantaine de radios privées.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.