C’est dans la presse

26/06/2012
C’est dans la presse

200 millions de Fcfa, c’est la facture des dégradations occasionnées lors des manifestations organisées il y a deux semaines par un collectif d’opposants dans les rues de Lomé. Forum de la Semaine donne l’information mardi.

Entre paranoïa et désinformation, Liberté affirme que « des paroisses sont infiltrées par les agents de renseignement pour enregistrer les homélies de certaines prêtres lors des messes".

Le Potentiel assure que le ministre de l’Administration territoriale, Pascal Bodjona, « quémande la médiation du collectif +Sauvons le Togo+ » pour convaincre les partis qui en sont membres de reprendre le dialogue. 

Les recettes de la douane et des impôts sont en baisse au mois d’avril et de mai, indique l’Union, « malgré  les efforts déployés par les deux organismes publics ».

Nouvelle Expression consacre un article au PNIASA (Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire) en soulignant que « Faure donne la preuve matérielle de sa volonté de faire de l'agriculture un des moteurs de la croissance économique".

Enfin Actu Express constate que les entreprises de BTP chargées de la rénovation du réseau routier à Lomé « bâclent les travaux ».

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Indice harmonisé des prix à la consommation : un casse-tête

Cédéao

La Cédéao vient d’achever à Lomé une réunion consacrée à l'état d'avancement des outils du traitement de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) des pays membres.

Alliance contre l'extrémisme

Cédéao

Un sommet conjoint Cédéao-CEEAC sur la paix, la radicalisation et l'extrémisme violent aura lieu prochainement à Lomé.

La Chambre des notaires prend acte

Justice

Cinq nouveaux notaires ont prêté serment jeudi devant la Cour d’appel de Lomé. La profession est en pleine mutation. 

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.