‘Des gamins qui s’entredéchirent sur la place publique’

14/08/2014
‘Des gamins qui s’entredéchirent sur la place publique’

Les progrès économiques réalisés par le Togo sont patents, estime jeudi Le Flambeau des Démocrates. Les réalisations sont là ; elles sont remarquables’, mais le journal souhaitent que les efforts du gouvernement portent aussi sur les secteurs essentiels comme la santé, l’éducation et la justice.

L’économie est portée par la vision des autorités qui veulent faire du Togo un pays émergent à l’horizon 2030, estime le magazine Economie et Développement. ‘Taux de croissance de 7%, richesses équitablement réparties, bons services de santé, éducation performante, tels sont les objectifs du chef de l’Etat’, souligne ce journal. 

Unité fragile de l’opposition, titre Chronique de la Semaine. Euphémisme relevé par Le Changement qui précise qu’Arc en ciel est proche de l’implosion. Le Correcteur reproche aux responsables de cette coalition de manquer de réalisme. ‘ Ils s’entredéchirer comme de vulgaires gamins sur la place publique alors qu’ils sont supposés incarner (…) une dynamique unitaire pour 2015’.

Cette ‘dynamique unitaire’, Le Bâtisseur n’y croit pas, au contraire. Pour ce journal, l’’opposition est le cancer de l’alternance’.

Enfin, Chronique de la Semaine estime que les discussions en cours entre le CST et Arc en ciel est ‘un marché de dupes’.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.