Elections législatives anticipées ?

27/04/2010
Elections législatives anticipées ?

"Le cinquantenaire de l'indépendance du Togo est l’occasion de refonder la république », estime le CAR, cité lundi par Le Changement.
Le journal publie une déclaration de Me Agboyibo qui rend hommage aux fondateurs du Togo et demande que "des mesures urgentes soient prises pour refonder la République afin de rompre définitivement avec les dérives institutionnelles antirépublicaines qui ont compromis le développement du pays durant les cinquante années passées".
Liberté Hebdo publie l’intégralité du discours prononcé par le premier président du Togo, Sylvanus Olympio, le 27 avril 1960.
Forum de la Semaine détaille les différentes cérémonies prévues à l’occasion du Jubilé dont le coup d’envoi a été donné le 12 avril à Dapaong par le chef de l'Etat.
Le quotidien affirme que Faure Gnassingbé pourrait dissoudre, dans les semaines à venir, l'Assemblée nationale. Cette décision tiendrait du fait que Faure veut avoir une vraie légitimité parlementaire. Et Forum se demande ce que deviendrait l'opposition parlementaire si cette mesure venait à être mise en œuvre , d’autant que le principal parti d’opposition, l’UFC, est déchiré par une grave crise interne.
"Pourquoi Faure a t il choisi de prêter serment le 3 mai", se demande de son côté le Courrier de la République.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.