Faure : ‘Je demande à être jugé sur mon bilan’

12/04/2015
Faure : ‘Je demande à être jugé sur mon bilan’

'Si l'on veut que je change de nom, c’est peine perdue !'

‘Je respecte M. Fabre. Son comportement a évolué. Il est plus respectueux des institutions de la République. Quand il m’écrit, je lui réponds. Quand il demande à me voir, je le reçois’. Ces propos de Faure Gnassingbé sont extraits d’un portrait du chef de l’Etat et candidat à sa propre succession, à paraître lundi dans Jeune Afrique.

Faure se veut consensuel. Il a beaucoup œuvré pour sortir de la logique mortifère de l’affrontement Nord-Sud et le cadre électoral répond d’ailleurs à cet impératif, souligne l’hebdomadaire.

A défaut de programme, l’opposition avance que l’alternance est la solution magique à tous les maux du Togo.

‘A bien y regarder, on ne me reproche qu’une seule chose : ma filiation, assure Faure Gnassingbé. A cela, je réponds que je suis fier de mon père et de ce qu’il a réalisé. Même si je conçois que le fait d’être le fils de mon prédécesseur puisse poser problème à certains, c’est sur mon bilan que je demande à être jugé. Pour le reste, si l’on veut que je change de nom, c’est peine perdue’, déclare Faure Gnassingbé.

Et côté bilan, le président sortant n’a pas démérité, note Jeune Afrique. Taux de croissance en hausse, nouvelles routes, nouveau port, nouvel aéroport, amélioration du climat des affaires, recul de l’incidence de la pauvreté, …

‘Il nous faut une croissance de 9 % à 10 % l’an pour atteindre notre objectif : devenir un pays à revenu intermédiaire’, précise le président. Surtout, la lutte contre la corruption est toujours trop timide, un retard que Faure Gnassingbé attribue aussi bien aux faiblesses du système judiciaire qu’au souci de ne pas donner prises à ceux pour qui toute arrestation est systématiquement interprétée par une partie de l’opinion comme relevant d’une chasse aux sorcières politique.

‘Aucune élection n’est jamais gagnée d’avance », déclare Faure Gnassingbé avant d’ajouter : ‘Je compte bien l’emporter, c’est sûr. Mais je n’ai pas l’intention de m’éterniser au pouvoir.’

Son principal challenger, Jean-Pierre Fabre (ANC) est décrit par l’hebdo comme un homme  réputé tenace, frondeur et direct.

Il partage avec son ennemi Faure Gnassingbé un trait de caractère : la méfiance à l’égard des médias. Pourtant, l’opposant a eu à diriger, au début des années 1990, deux journaux – des parutions clairement critiques vis-à- vis du régime de Gnassingbé Eyadéma.

Indéniablement, il dispose de certains atouts : l’image qui est la sienne d’un homme politique incorruptible ne s’étant jamais compromis avec le pouvoir est une donnée très importante auprès des électeurs de l’opposition togolaise, estime le magazine.

Pour autant, Jean- Pierre Fabre n’a jamais réussi à fédérer durablement les différentes factions de l’opposition radicale. Car ce tribun aux cheveux grisonnants a une personnalité clivante et ne ménage pas ceux qui osent défier son autorité.

Jeune Afrique N°2831

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Roy : 'Adebayor est très important pour nous'

Sport

Adebayor a été incroyablement physique contre la Côte d’Ivoire. Claude Le Roy ne tarit pas d'éloges sur le capitaine des Eperviers.

Eléphants et Eperviers se séparent sur un nul

Sport

Le Togo et la Côte d’Ivoire ont fait match nul lundi à Oyem (0-0). La CAN commence bien pour les Eperviers.

Les raisons de la mort violente d'une Togolaise à Washington

Faits divers

Le meurtrier présumé de Waliyatou Amadou, une jeune togolaise de 23 ans poignardée à mort à Washington, est sous les verrous.

Les Eperviers sont motivés à bloc

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé vendredi matin pour Libreville Ils affronteront le 16 janvier la Côte d’Ivoire dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).