Graines de succès

13/07/2014
Graines de succès

L’hebdomadaire Jeune Afrique publie lundi un dossier spécial consacré au Togo. A Lomé, la question taraude tous les esprits : dans quelles conditions se déroulera la prochaine élection présidentielle, prévue début 2015 ? Mais la vraie question n’est pas là, explique l’éditorialiste Stéphane Ballong. L’immense majorité des Togolais est davantage intéressée par les perspectives de développement et l’amélioration des conditions de vie. 

Or, souligne le magazine, des signes encourageants méritent d’être mentionnés. 

Les investisseurs étrangers commencent à s’intéresser au Togo, dans les secteurs de la finance, de la logistique, de l’industrie, des technologies... Le frémissement observé ces dernières années, et qui a permis de faire passer le taux de croissance du PIB de4% en2010 à 6%aujourd’hui, ne doit pas être remis en question par les tensions que pourrait susciter le scrutin de 2015. Il en va de la responsabilité de tous les leaders politiques, de la majorité ou de l’opposition.

Le dossier de Jeune Afrique contient une interview du Premier ministre, Arthème Ahoomey-Zunu. S’il se félicite d’un taux de croissance à 6%, il a la franchise de reconnaître que ce taux devrait atteindre 10% pour que la population ressente un réel changement.

Avec les réformes en cours, le gouvernement s’y emploie.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.