Les défis du numérique

21/03/2013
Les défis du numérique

Les chaînes de télévision passeront, au plus tard en 2015, de la diffusion analogique au numérique. Le Togo devra lui aussi se conformer aux recommandations de l’Union internationale des télécommunications (UIT). Le gouvernement y travaille, indique Djimon Oré (photo), le ministre de la Communication. Chaînes publiques et privées, mais aussi radios vont consacrer d’importants investissements à la modernisation. 

Le passage à la radiodiffusion analogique offre aux gouvernements, aux radiodiffuseurs, aux régulateurs et au grand public d’immenses possibilités, mais pose aussi des défis de taille. La radiodiffusion numérique permet d’accéder à de nouveaux programmes et services multimédias interactifs. 

Le processus de transition n’est pas une simple question de technologie. Pour que la transition se fasse en douceur, il convient de résoudre un certain nombre de problèmes d’ordre réglementaire et administratif. Les régulateurs doivent ainsi examiner les conditions liées à l’octroi de licences, y compris les droits d’utilisation du spectre et les droits de radiodiffusion, et décider des différentes options technologiques possibles telles que la technologie de transmission, le format télévisuel, les techniques de compression et les politiques de diffusion simultanée. De leur côté, les opérateurs doivent choisir entre les différentes options de planification du réseau (réseau multifréquence (MFN) ou réseau monofréquence (SFN)) et identifier les principales applications. Quant aux téléspectateurs, ils doivent utiliser des décodeurs ou remplacer leurs équipements analogiques actuels par des récepteurs numériques.

Republicoftogo.com : Comment le Togo met-il en place cette phase de transition

Djimon Oré : Il existe un comité de pilotage qui a déjà rendu un rapport d’étape pour le passage progressif au tout numérique. Le Togo n’a pas d’autre choix que d’abandonner l’analogique qui est obsolète. La TVT et Radio Lomé vont recevoir de nouveaux équipements de production et de diffusion, mais les chaînes et radios privées devront également suivre le mouvement.

Republicoftogo.com : Le gouvernement va-t-il accompagner les médias privés dans ce processus ?

Djimon Oré : Nous ne sommes pas dans le cas d’une aide à la presse. Il s’agit de dispositions techniques internationales auxquelles doivent se plier l’ensemble des diffuseurs publics et privés. Toutefois, le gouvernement examinera, en temps voulu, des mesures d’accompagnement.

Republicoftogo.com : Le numérique nécessite de disposer de nouveaux récepteurs. Les téléspectateurs devront s’équiper. Ca va coûter cher

Djimon Oré : Le Comité de pilotage réfléchit également à cet aspect des choses. C’est évidemment un élément qui doit être pris en considération.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.