Porte close chez Sarkozy

15/06/2010
Porte close chez Sarkozy

"En matière de mobilisation de foules, quand on commence, il est difficile de faire impunément marche arrière. En promettant aux sympathisants de prendre le pouvoir par les marches et les prières, Fabre a pris un risque incommensurable", écrit mardi Le Regard
Pour le journal, Jean-Pierre Fabre s’est mis lui même dans une situation devenue ingérable qui le contraint à « vaincre ou mourir ».
Toujours à propos du leader du FRAC, L'indépendant Express revient sur la visite qu’il a effectué la semaine dernière en France assurant que le secrétaire général de l’UFC n’a eu droit qu’à une rencontre avec un simple diplomate de la section Afrique à l’Elysée supposé lui ouvrir les portes du bureau de Nicolas Sarkozy. Ce qui n’a pas été le cas.
Et s’en est pas fini pour le député rebelle de l’UFC. Forum de la Semaine
se demande si dans quelques jours Fabre ne se retrouvera pas devant les tribunaux après l'expiration de l'ultimatum lancé par Gilchrist Olympio au sujet de son exclusion provisoire du parti.
« A cette allure, la crise risque de prendre une tournure dramatique aux conséquences imprévisibles", écrit le quotidien qui observe que l'obstination du SG de l’UFC à entretenir le bras de fer pousse Gilchrist Olympio à aller au bout de sa démarche en faisant appel à la justice pour reprendre les reines du parti.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Opération neutralisation

Faits divers

Un Togolais et un Burkinabé ont été présentés jeudi à la presse par la police. Arrêtés récemment, ils font partie d’un gang de coupeurs de routes.

Le Roy : 'Adebayor est très important pour nous'

Sport

Adebayor a été incroyablement physique contre la Côte d’Ivoire. Claude Le Roy ne tarit pas d'éloges sur le capitaine des Eperviers.

Eléphants et Eperviers se séparent sur un nul

Sport

Le Togo et la Côte d’Ivoire ont fait match nul lundi à Oyem (0-0). La CAN commence bien pour les Eperviers.

Les raisons de la mort violente d'une Togolaise à Washington

Faits divers

Le meurtrier présumé de Waliyatou Amadou, une jeune togolaise de 23 ans poignardée à mort à Washington, est sous les verrous.