Radio Victoire fermée

12/01/2007
Radio Victoire fermée

Une radio togolaise proche de l'opposition, Radio Victoire, a été fermée mardi pour quinze jours par la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HAAC), organe de régulation des médias au Togo, a-t-on appris mercredi.

Les autorités reprochent à cette radio d'avoir diffusé des déclarations "tendancieuses" d'un journaliste lors d'une émission sportive la veille des élections statutaires du bureau exécutif de la Fédération togolaise de football (FTF).  

"Les responsables de cette radio ont permis à un journaliste étranger de tenir des propos tendancieux à l'endroit de certains candidats à la présidence de la FTF et des autorités togolaises", a expliqué un responsable de la HAAC.

 

Outre la fermeture temporaire de la station, le journaliste étranger, dont l'identité n'a pas été précisée, a été "interdit d'antenne sur toutes les radios et télévisions du pays", a-t-il précisé.

 

C'est la deuxième fois que Radio Victoire est suspendue par la HAAC depuis sa création en septembre 2001.

 

Fermée en février 2002 pour violation des règles d'installation et d'exploitation des stations privées au Togo, elle avait repris ses émissions en mars 2005.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.