Radio Victoire fermée

12/01/2007
Radio Victoire fermée

Une radio togolaise proche de l'opposition, Radio Victoire, a été fermée mardi pour quinze jours par la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HAAC), organe de régulation des médias au Togo, a-t-on appris mercredi.

Les autorités reprochent à cette radio d'avoir diffusé des déclarations "tendancieuses" d'un journaliste lors d'une émission sportive la veille des élections statutaires du bureau exécutif de la Fédération togolaise de football (FTF).  

"Les responsables de cette radio ont permis à un journaliste étranger de tenir des propos tendancieux à l'endroit de certains candidats à la présidence de la FTF et des autorités togolaises", a expliqué un responsable de la HAAC.

 

Outre la fermeture temporaire de la station, le journaliste étranger, dont l'identité n'a pas été précisée, a été "interdit d'antenne sur toutes les radios et télévisions du pays", a-t-il précisé.

 

C'est la deuxième fois que Radio Victoire est suspendue par la HAAC depuis sa création en septembre 2001.

 

Fermée en février 2002 pour violation des règles d'installation et d'exploitation des stations privées au Togo, elle avait repris ses émissions en mars 2005.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Garder l’espoir

Santé

Une association franco-togolaise veut installer à Lomé une unité pilote pour soigner et accompagner les enfants atteints d'un cancer.

La Chine et le Togo ont un ennemi commun

Santé

Fort heureusement, le Togo n’a pas été touché par l’épidémie d’Ebola. Sa politique de prévention a sans doute été payante même si il doit rester sur ses gardes.

S'informer, se faire une opinion

Politique

La section France du parti UNIR (majorité présidentielle) organise samedi une conférence sur l’actualité politique au Togo. 

Le Togo se félicite de la décision de l’UA

Union Africaine

Les islamistes nigérians de Boko Haram sont devenus une menace pour la sécurité de tout le continent africain et nécessitent une réponse collective.