SOS mauvaise foi !

10/01/2012
SOS mauvaise foi !

Le collectif de journalistes «SOS Journaliste en Danger» a rendu public mardi un rapport sur la liberté de la presse au Togo.

Déséquilibré, de mauvaise foi et partisan, le document dénonce les plaintes et les menaces de mort dont certains journalistes hostiles au pouvoir seraient les victimes.

Ce collectif cite le cas de journaux comme L’Indépendant Express, Liberté et l’Alternative poursuivis et condamnés.

Le premier avait mis en cause un importateur accusé de vouloir commercialiser du riz toxique ; une fausse information ; les deux autres avaient gravement diffamé un ministre.

Le rapport fait également état de mises en demeure adressées à des radios qui n’ont pas su ou voulu filtrer les appels lors des émissions de libre antenne.

Malgré les accusations de cette organisation, rien ne permet de dire aujourd’hui que la liberté de la presse est remise en cause au Togo.

On notera enfin, ce qui est cocasse, que le président du Collectif n’est autre que le directeur de la publication de L’Alternative, justement condamné pour diffamation !

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Découvrez l’Afrique de l’Ouest en pirogue

Culture

Une exposition intitulée ‘Blue pirogue’ aura lieu du 30 juin au 30 septembre à l’hôtel Onomo de Lomé. Un voyage initiatique en Afrique de l'Ouest.

Une plateforme commune pour les peuples africains

Union Africaine

Après le vote des députés, le gouvernement a désormais les mains libres pour ratifier l’acte constitutif de l’Union africaine (UA) relatif au Parlement panafricain.

Le Togo, pays inhospitalier pour les trafiquants de drogue

Faits divers

10 tonnes de cannabis, de cocaïne et de méthamphétamine ont été détruits dimanche à Lomé par la police.

Le soutien au Togo ne s’érode pas

Coopération

Le phénomène dure depuis des décennies. Le Togo perd une partie de sa côte rongée par l’érosion.