6.500 hommes pour veiller à la sécurité du scrutin

10/04/2013
6.500 hommes pour veiller à la sécurité du scrutin

Une force intégrée de 6.500 policiers, gendarmes et gardiens de préfecture va être créée pour assurer la sécurité lors des élections législatives. La FOSEL 2013, c’est son nom, sera placée sous la supervision de la Commission électorale nationale indépendante. C’est l’une des décisions prise mercredi en Conseil des ministres.

Les ministres ont également examiné un projet de décret fixant les modalités de répartition des sièges des députés à l’Assemblée. Cette répartition, précise le communiqué final est, avant tout, fonction du nombre de députés à l’Assemblée nationale, de la prise en compte des facteurs historiques, des exigences liées à l’unité et la cohésion nationale et de la nécessité d’une représentation adéquate et équitable des populations et des territoires. 

En conséquence, un critère pondéré axé de manière prépondérante sur la démographie et accessoirement sur la superficie de chaque circonscription électorale, respectivement pour 75 % et 25 %, permet de majorer le facteur démographique et de minorer le facteur géographique. 

Le Togo doit organiser dans les semaines qui viennent des élections législatives. Les opérations de recensement sont en cours.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

TogoCel est un supporter enthousiaste

Sport

Togo Cellulaire met la main au porte-monnaie. Son directeur général a remis un chèque de 75 millions de Fcfa au comité de mobilisation de la CAN.

Le Togo au seuil du Compact

Coopération

Le Togo a franchi une étape décisive l’année dernière dans le processus devant conduire à son éligibilité au MCA.

Le PUDC se déploie dans tout le pays

Développement

Le Togo a lancé il y a quelques mois un ambitieux projet dénommé le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC).

Opération neutralisation

Faits divers

Un Togolais et un Burkinabé ont été présentés jeudi à la presse par la police. Arrêtés récemment, ils font partie d’un gang de coupeurs de routes.