A lire attentivement

17/01/2013
A lire attentivement

Le collectif d’opposants «Sauvons le Togo» (CST) n’a pas mis bien longtemps pour exploiter l’interpellation d’Agbéyomé Kodjo. Jeudi, il a demandé la « libération » du leader d’Obuts, entendu depuis hier par la gendarmerie dans le cadre de l’enquête sur les incendies – sans doute criminels – qui ont ravagé les marchés de Kara et de Lomé.

Le porte-parole du CST, Jil Bénoît Afangbedji, a demandé au gouvernement la création d’une « commission d'enquête internationale » pour faire la lumière sur les causes des sinistres. Et pendant qu’on y est, pourquoi ne pas appeler l’ONU ou l’OTAN à la rescousse.

Mais ce n’est pas tout, ces opposants exigent de faire partie de cette commission.

Dans quel pays du monde, a-t-on vu des partis politiques associés à des investigations menés par des policiers et des magistrats ? Seul quelques farfelus au Togo sont capables de formuler de telles propositions.

Quant à Zeus Ajavon, le coordinateur de ce collectif, il est sorti de son silence pour affirmer que la levée de l’immunité parlementaire d’Agbéyomé Kodjo était « irrégulière ». Il a appelé ses sympathisants à une manifestation samedi à Lomé « pour protester contre ce énième coup de force du régime en place ».  

Triste spectacle.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Grand Prix de la Kozah : victoire de Hamza Assoumanou

Sport

La première édition du tour cycliste  'Grand Prix de la Kozah' a été remportée jeudi par Hamza Assoumanou de l’équipe Bike Aid (Kpalimé).

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.