A lire attentivement

17/01/2013
A lire attentivement

Le collectif d’opposants «Sauvons le Togo» (CST) n’a pas mis bien longtemps pour exploiter l’interpellation d’Agbéyomé Kodjo. Jeudi, il a demandé la « libération » du leader d’Obuts, entendu depuis hier par la gendarmerie dans le cadre de l’enquête sur les incendies – sans doute criminels – qui ont ravagé les marchés de Kara et de Lomé.

Le porte-parole du CST, Jil Bénoît Afangbedji, a demandé au gouvernement la création d’une « commission d'enquête internationale » pour faire la lumière sur les causes des sinistres. Et pendant qu’on y est, pourquoi ne pas appeler l’ONU ou l’OTAN à la rescousse.

Mais ce n’est pas tout, ces opposants exigent de faire partie de cette commission.

Dans quel pays du monde, a-t-on vu des partis politiques associés à des investigations menés par des policiers et des magistrats ? Seul quelques farfelus au Togo sont capables de formuler de telles propositions.

Quant à Zeus Ajavon, le coordinateur de ce collectif, il est sorti de son silence pour affirmer que la levée de l’immunité parlementaire d’Agbéyomé Kodjo était « irrégulière ». Il a appelé ses sympathisants à une manifestation samedi à Lomé « pour protester contre ce énième coup de force du régime en place ».  

Triste spectacle.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.