ANC et Obuts refusent l’invitation de Pascal Bodjona

25/03/2011
ANC et Obuts refusent l’invitation de Pascal Bodjona

Les partis Obuts et ANC ont décidé de ne pas partciper à la réunion organisée vendredi par le ministre de l’Administration territoriale pour discuter d’un texte qui fait polémique, celui relatif aux manifestations publiques.
Pascal Bodjona avait proposé à la classe politique de débattre du projet de loi et de l’amender, le cas échéant.
La position de l’ANC, exprimée par Eric Dupuy, le secrétaire national, est la suivante : « Notre parti ne saurait participer à une discussion sur ce projet de loi si au même moment les manifestations pacifiques organisées par le parti pour demander son retrait pure et simple, sont violemment réprimées par les forces de l’ordre ».  
 
Pour Agbéyomé Kodjo, il n’est question ni de protestation dans les rues, ni de concertation, mais du retrait « sans délai d’un projet liberticide et anticonstitutionnel ».
En dépit des critiques formulées par certains partis d’opposition, le texte adopté récemment en conseil des ministres offre davantage de liberté aux organisateurs de manifestations. D’ailleurs, son élaboration a été suggérée par la Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’œuvre que l’on ne peut suspecter de manœuvre politique.
En outre, M. Bodjona s’est déclaré ouvert au dialogue pour modifier certains points du projet.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.