Agboyibo a torpillé la démocratie

01/11/2012
Agboyibo a torpillé la démocratie

Dans une lettre ouverte rendue publique jeudi, David Ihou, un ancien ministre de la Santé, s’en prend vivement à l’ex-Premier ministre Yawovi Agboyibo (photo), qu’il accuse d’avoir « torpillé la démocratie » et d’ « embrouiller ceux qui n’ont pas beaucoup fréquenté l’école » avec des accusations fallacieuses.

Récemment, l’ancien président du CAR (opposition) a pris position contre le processus électoral en cours et a accusé Gilchrist Olympio, le leader de l’UFC, de ne plus appartenir à l’opposition depuis qu’il a « pactisé » avec le pouvoir.

David Ihou rappelle opportunément que le même Agboyibo avait été Premier ministre de Faure Gnassingbé (2006-2007) et que plusieurs membres du CAR avaient occupé des postes ministériels sans que personne à l’époque ne taxe ce parti de collusion avec le pouvoir.

Voici la lettre ouverte publiée par David Ihou

LETTRE A MON FRERE AÎNÉ, YAOVI AGBOYIBO

« Un parti politique est comme un membre du corps humain ; il s’atrophie quand on ne s’en sert pas ! ». C’est un certain Dr David Ekoudé IHOU  qui l’a écrit, un jour de juillet 1994, à un chef de parti togolais.

Me AGBOYIBO, vous êtes une icône de la lutte pour la démocratie au Togo. Mais aujourd’hui, vous déconcertez tout le monde ! La plus grosse accusation qui pèse sur vous, est d’avoir torpillé la démocratie, en 1994, lorsque, grand vainqueur des législatives, avec Mr Edem Kodjo, vous avez refusé de gouverner ensemble, et vous avez redonné au RPT, la majorité parlementaire acquise par le peuple, dans un élan d’espérance inégalée.

Si vous aviez fait front avec l’UTD en 1994, vous auriez, sans coup férir, gagné aussi, sûrement, les législatives de 1999, avec les autres partis de l’opposition, et  il n’y aurait jamais eu d’Assemblée monocolore RPT,  pour modifier, en 2002, la Constitution  du 14 octobre 1992. Le Général EYADEMA n’avait pas violé la constitution (« Le Président nomme le Premier Ministre dans la majorité parlementaire »), en nommant Edem Kodjo, Premier Ministre. C’était un piège grossier dans lequel vous êtes tombés, en connaissance de cause ou non, et seuls  Dieu et vous connaissez la vérité ! Ce que le peuple vous pardonnera difficilement, c’est d’avoir  refusé d’occuper  la Présidence de cette Assemblée, mais  aussi, d’avoir accepté de placer Me HEGBOR, votre adjoint, comme vice Président d’une Assemblée  (où vous êtes majoritaire avec l’UTD), laissant la Présidence du parlement au RPT, Dahuku PERE ! Là encore, seuls votre Dieu et vous, savez pourquoi vous l’avez fait…

Pourtant, Me AGBOYIBO, vos amis vous ont appelé en Europe, au lendemain de votre victoire de 1994, pour vous tenir ce discours, à peu de mots près !

« Maître AGBOYIBO, le poste  de Premier Ministre est aléatoire, puisque le Président Eyadema, selon la Constitution, peut vous  remplacer, quand il veut, alors que personne ne peut vous déboulonner de la Présidence du parlement. Et, plus important, s’il arrive quelque chose à Eyadema, vous êtes Président par intérim, chargé d’organiser l’élection présidentielle, dans les 60 jours, comme le stipule votre Constitution. »

Maître AGBOYIBO, si vous n’aviez pas poignardé le bon sens en 1994, jamais Faure GNASSIGBE ne serait venu au pouvoir en 2005, à la mort de son père, et c’est peut-être vous qui seriez Président de la République aujourd’hui !

Par ailleurs n’essayez pas d’embrouiller ceux qui n’ont pas beaucoup fréquenté l’école. Un accord politique entre deux partis (comme celui, actuel, entre le RPT et l’UFC) ou entre six partis ( les cinq partis de l’opposition, la société civile et le RPT = l’APG) est un accord ordinaire, qui ne change pas la position fondamentale des partis (pouvoir et opposition).Vous qui avez été Premier  Ministre de Faure GNASSIGBE (avec beaucoup de ministres du CAR au gouvernement) ne signifie pas que le CAR est un parti du pouvoir, mais toujours un parti de l’opposition. Il en est de même de l’UFC, aujourd’hui…

Etre de l’opposition n’est pas une marque déposée et quiconque reste dans l’opposition plus de dix ans (deux mandats présidentiels) est un mauvais stratège, parce qu’il n’a pas su œuvrer efficacement pour accéder démocratiquement  au pouvoir. C’est donc une stupidité de se dire opposant éternel ou de l’opposition traditionnelle. Un opposant vrai, doit tout faire  pour renverser la vapeur et être au pouvoir au bout de cinq ou dix ans ! Ce n’est malheureusement pas le cas au Togo, où on bombe plutôt la poitrine, pour se dire, de façon ridicule, qu’on est opposant de longue date…

Me AGBOYIBO, le peuple attend que vous demandiez pardon pour votre trahison de 1994, et que vous éclairiez plutôt sa lanterne, au lieu de chercher  à l’embobiner.

Meilleures salutations de votre jeune frère, David IHOU

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

D1 : AS Togo Port prend la tête

Sport

Lors de la 14e journée de D1, disputée dimanche, Anges et Sémassi ont fait match nul (0-0).

Travail remarquable

Coopération

Implantée dans une cinquantaine de pays, dont le Togo, PLAN est une organisation non gouvernementale de solidarité internationale qui agit pour donner aux enfants et aux jeunes les plus marginalisés les moyens de construire leur avenir.

SCAPE : lever certains obstacles

Développement

La SCAPE, Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi, est la feuille de route que s’est donné le gouvernement pour assurer le développement économique du pays. Elle nécessite d’importants moyens et le concours actif des donateurs.

Chaude ambiance à la FTF

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) est secouée par une énième crise. L’ancien président de la Fédé, Tata Avlessi, s’oppose à son successeur, Gabriel Améyi,