Agboyibo doit 350 milliards à l’Etat

03/05/2013
Agboyibo doit 350 milliards à l’Etat

A l’occasion du 20e anniversaire de la création du CAR (Comité d’action pour le renouveau, opposition), son fondateur, Yaovi Agboyibo (photo), a affirmé que chaque année, 300 milliards de Fcfa de recettes publiques échapperaient au budget

A ces montants, souligne l’ancien premier ministre, « viendraient s’ajouter des recette budgétisées détournées par des ponctions illicites, des surfacturations, des lignes budgétaires opaques, la corruption et le blanchiment d’argent ».

Des chiffres communiqués à partir des indications fournies par l’économiste Nadim Khalife.

Le Blog « Togo Unir » souligne vendredi qu’Agboyibo « est victime des caprices de l’âge et des désordres de l’esprit ». Les 300 milliards mentionnés relèvent d’une mauvaise blague. Il est vrai que « Nadim Khalif est à l’économie ce qu’un charcutier est à la chirurgie », note le site qui rappelle quelques vérités.

« Yaovi Agboyibo a sans doute oublié qu’il fut Premier ministre de Faure Gnassingbé de  septembre 2006 à décembre 2007. Il aurait donc participé au pillage du Trésor à son propre bénéfice ou à celui de ses amis. On peut donc calculer ce qu’il doit au Togo pour ses quinze mois de pouvoir sur la base Khalife au bas mot 350 milliards de Fcfa ».

Lire l’article

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.