Ainsi va le Togo

14/09/2012
Ainsi va le Togo

Me Zeus Ajavon (photo) le coordinateur de l’improbable collectif «Sauvons le Togo» ferait mieux de se consacrer à son métier d’avocat plutôt que de tenter de faire de la politique. Car dans ce rôle, ses chances d’être un jour oscarisé sont plutôt minces.

Dans une nouvelle déclaration dont il a le secret , M. Ajavon a promis un « assaut final » contre le pouvoir lors de la manifestation organisée le 25 septembre prochain. 

« Nous sommes convaincus que  la seule chose qui reste à Faure Gnassingbé c’est de quitter le pouvoir et ce sera accompli lors des prochaines manifestations », a-t-il lancé.

Zeus Ajavon, qui décidément n’a pas la fibre très démocratique, reproche au gouvernement d’avoir signé avec plusieurs partis politiques importants, un accord qui règle pas mal de problèmes sur le plan électoral et constitutionnel. Mais qui, selon lui, ne prend pas en compte les propositions du collectif. On rappellera à cet éminent juriste que son collectif n’est pas une formation politique, mais qu’en revanche ses amis de l’ANC ou d’Obuts ont refusé l’invitation au dialogue.

On ne peut que conseiller à M. Ajavon de s’interroger sur le poids réel que lui et son collectif pèsent dans l’opinion ; car il ne suffit pas de publier des communiqués vengeurs dans des journaux amis et sur internet pour devenir un leader éclairé.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.