Ajavon : ‘Le CST n’a rien à se reprocher’

23/05/2013
Ajavon : ‘Le CST n’a rien à se reprocher’

Le Collectif d’opposants ‘Sauvons le Togo’ (CST) a bien l’intention de manifester jeudi, en dépit de l’interdiction prononcée par les ministères de la Sécurité et de l’Administration territoriale après des troubles survenus mardi dans la capitale.

Zeus Ajavon (photo), l’un des responsables du CST, a confié jeudi à Republicoftogo.com que seul le président de la Délégation spéciale de la commune de Lomé était habilité à prendre une telle décision ou par arrêté ministériel.

S’agissant des violences survenues mardi autour du Palais de justice et de la gendarmerie, M. Ajavon assure que ses militants et sympathisants n’ont rien à voir avec les casseurs.

« Ce sont des personnes infiltrées dans les rangs des étudiants et qui ont causé les dégâts », affirme-t-il. Et M. Ajavon d’accuser le pouvoir d’avoir lui-même organisé les violences.

Le CST avait développé les mêmes arguments lors des incendies criminels des marchés de Kara et de Lomé début janvier expliquant que les pyromanes avaient agi sur instruction des autorités.

Dernière mitute

En dépit de l’interdiction de manifester, de petits groupes de sympathisants du CST harcelaient ce matin les forces de l’ordre dans les quartiers d’Hanoukopé, de Nyékonakpoè et des Etoiles en lançant des pierres. Les responsables du CST et d'Arc en ciel demeuraient invisibles et silencieux pour condamner ces comportements.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Vous écoutez Radio Cédéao

Cédéao

L'organisation régionale va se doter d'un station de radio diffusant sur toute l'Afrique de l'Ouest.

Le nouveau code pénal fait bonne impression

Justice

Le Garde des Sceaux, Pius Agbétomey, a réceptionné mardi 2000 exemplaires du nouveau code pénal, don de l'UE.

Un nouveau rôle pour Djimon Hounsou

Culture

L'acteur Djimon Hounsou a été reçu par Faure Gnassingbé. Ils n'ont pas parlé filmograpgie, mais promotion du cinéma au Togo.

Clémence des juges

Justice

La justice a décidé de remettre en liberté une vingtaine de personnes interpellés et condamnés pour des actes de violence lors des récentes manifestations.