Anticiper les catastrophes

26/02/2014
Anticiper les catastrophes

Dédé Ahoéfa Ekoué

Le Togo dispose s’est doté d’une stratégie de gestion des catastrophes qui sert d’orientation pour toutes les actions en matière de prévention et de gestion. Le pays entend aujourd’hui renforcer le dispositif avec un plan consolidé sur 5 ans qui prendra en compte les lacunes et les dysfonctionnements observés lors d’un exercice de simulation qui s’est déroulé en juin 2013.

Le Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (USAFRICOM) et le Centre pour la médecine de catastrophe et d’aide humanitaire (CDHAM) vont fournir un appui technique.

L’idée est de créer, notamment, une Agence pour la réduction des risques et la gestion des catastrophes, effectuer des simulations des plans civils et militaires, mettre en place des structures de gestion des catastrophes et d’intervention d’urgence au niveau régional.

C’est ce qu’a indiqué mardi Dédé Ahoéfa Ekoué, la ministre de l’Action sociale, lors d’une réunion consacrée à l’élaboration du plan quinquennal.

‘Les effets désastreux des catastrophes peuvent être atténués par une préparation et une planification minutieuses, ce qui exige une coordination efficace entre les gouvernements, les civils, les militaires et les partenaires. Cela procède de l’élaboration de plans flexibles, prenant en compte tous les acteurs et partenaires d’intervention’, a souligné la ministre.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.