Après avoir tout essayé, Ajavon se tourne vers l'étranger

04/09/2012
Après avoir tout essayé, Ajavon se tourne vers l'étranger

Le Coordinateur du Collectif d’opposants «Sauvons le Togo», Zeus Mensah Ajavon (photo), semble mettre de l’eau dans son vin. Alors qu’il y a quelques jours il refusait tout dialogue avec le gouvernement, il n’y est plus totalement opposé, à condition qu’il ait lieu par l’entremise d’une « médiation internationale ».

«Nous avons dit que nous ne dialoguons plus avec le pouvoir. Sauf s’il y a la médiation internationale, nous pouvons s’asseoir et discuter avec le régime. S’il n’y a pas de médiation internationale, nous n’allons pas discuter avec des gens qui nous mènent en bourrique », a-t-il déclaré mardi.

Mais pourquoi donc faudrait-il l’intervention de l’étranger pour une affaire de politique intérieure ?

Ce mouvement, qui regroupe des petits partis politiques de l’opposition et des organisations dont le dénominateur commun est l’hostilité qu’elles éprouvent à l’égard pouvoir, est apparu il y a trois mois.

Il tente d’accréditer la thèse que le Togo connaît une crise politique majeure dont la seule issue est le départ des dirigeants actuels … et leur remplacement par les responsables du CST !

Les manifestations - parfois violentes - qui ont succédé aux manifestations ne sont toutefois pas parvenues à susciter l’enthousiasme populaire.  

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.