Au CST, il n'y a que Déckon

09/01/2013
Au CST, il n'y a que Déckon

Gilbert Bawara a été on ne peut plus précis mercredi soir. La manifestation organisée par les opposants du collectif «Sauvons le Togo» (CST) ne pourra avoir lieu jeudi. L’interdiction est liée au fait que les organisateurs souhaitent achever la marche au grand carrefour commercial Deckon, au centre-ville de Lomé. 

«Nous avons clairement précisé que la manifestation ne pouvait avoir comme point de chute Déckon, mais nous avons exprimé notre disponibilité à examiner tout autre endroit dans la capitale. Quand on cherche à perturber les activités des togolais, on appelle ça du cynisme. L’Etat prendra toutes les dispositions pour qu’aucune manifestation n’ait lieu demain », a déclaré le ministre.

M. Bawara a souligné qu’en raison de la très forte concentration de l’activité économique à Deckon et des préoccupations liées au maintien de l’ordre, ce site ne pouvait servir de cadre à des manifestations.

Les opposants ont fait de ce carrefour un point de fixation. Lomé est assez vaste pour choisir un autre itinéraire ; de grands stades peuvent également servir pour des meetings, mais le CST sait que Déckon est propice à l’agitation et aux troubles éventuels. Un scénario sur lequel tablent les opposants radicaux.

Mais personne n’est dupe, à commencer par les responsables du maintien de l’ordre.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers sont motivés à bloc

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé vendredi matin pour Libreville Ils affronteront le 16 janvier la Côte d’Ivoire dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Quatre malfaiteurs abattus par la police

Faits divers

Le groupe d’intervention rapide de la police a neutralisé jeudi un groupe de de braqueurs munis de fusils d’assaut de type AK47.

Démarche transparente

Sport

Pour connaître en direct la somme récoltée en faveur des Eperviers, le comité de mobilisation vient de lancer un site.

‘Notre rôle est de prévoir l’imprévisible’

Sport

Une large souscription publique a été lancée pour financer le parcours des Eperviers à la prochaine CAN. Certains protestent déjà.