Au CST, il n'y a que Déckon

09/01/2013
Au CST, il n'y a que Déckon

Gilbert Bawara a été on ne peut plus précis mercredi soir. La manifestation organisée par les opposants du collectif «Sauvons le Togo» (CST) ne pourra avoir lieu jeudi. L’interdiction est liée au fait que les organisateurs souhaitent achever la marche au grand carrefour commercial Deckon, au centre-ville de Lomé. 

«Nous avons clairement précisé que la manifestation ne pouvait avoir comme point de chute Déckon, mais nous avons exprimé notre disponibilité à examiner tout autre endroit dans la capitale. Quand on cherche à perturber les activités des togolais, on appelle ça du cynisme. L’Etat prendra toutes les dispositions pour qu’aucune manifestation n’ait lieu demain », a déclaré le ministre.

M. Bawara a souligné qu’en raison de la très forte concentration de l’activité économique à Deckon et des préoccupations liées au maintien de l’ordre, ce site ne pouvait servir de cadre à des manifestations.

Les opposants ont fait de ce carrefour un point de fixation. Lomé est assez vaste pour choisir un autre itinéraire ; de grands stades peuvent également servir pour des meetings, mais le CST sait que Déckon est propice à l’agitation et aux troubles éventuels. Un scénario sur lequel tablent les opposants radicaux.

Mais personne n’est dupe, à commencer par les responsables du maintien de l’ordre.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.

Mariachis, tequila et internet

Tech & Web

Le Forum annuel sur la gouvernance de l’Internet s’est ouvert mardi à Guadalajara, berceau des mariachis et de la tequila.