Au Togo, peut-on faire de la politique autrement ?

03/02/2009
Au Togo, peut-on faire de la politique autrement ?

Le Conseil de l'opposition démocratique extraparlementaire (Codep) a tenu le week-end dernier une journée de réflexion pour définir sa stratégie pour la période 2009-2010. Regroupant six formations d'opposition, le Codep veut se faire entendre sur la scène politique par des contributions « sincères et objectives ».

Le président de ce Conseil, Bassabi Kagbara,  estime que chaque parti politique doit jouer sa partition dans la franchise, l'honnêteté et le le respect. Faire de la politique autrement, c'est le credo de ce mouvement. Utopiste ? Réaliste, affirme Bassabi Kagbara. Republicoftogo.com : Faire de la politique autrement, comme vous le préconisez ; l'idée est sympathique mais les réalités ont la vie dur

e.

Bassabi Kagbara :

L'ère des rancunes, de la destruction, du mensonge, de la guerre des clans est révolue !

Place à une politique de construction nationale avec des leaders politiques qui sont des adversaires et plus des ennemis. Ces responsables doivent avoir le même objectif : travailler dans l'intérêt du Togo.

L'opposition est une richesse pour un pays et pour sa démocratie, mais elle doit être une crédible et objective. C'est ce rôle que nous voulons jouer.

Republicoftogo.com : Quels sont les exigences du Codep ?

Bassabi Kagbara :

Nous demandons que la modification de la loi fondamentale soit faite par voix référendaire et non par le parlement. Que l'âge minimum pour les élections présidentielles soit de 40 ans et maximum de 75 ans; que le président de la république soit rééligible une seule fois pour favoriser l'alternance politique.

Nous demandons aussi que tous les partis politiques ayant participé aux élections soient subventionnés par l'Etat. Que tous les points définis dans l'APG soient appliqués en totalité. Tout cela va contribuer à instaurer une confiance mutuelle entre acteurs politiques.

Republicoftogo.com : Vous n'avez aucun élu à l'Assemblée. Ca va être difficile de se faire entendre.

Bassabi Kagbara :

A notre avis, il n'est pas juste que l'opposition extraparlementaire ne soit pas associée à la prise des décisions concernant la vie de l'Etat, c'est une erreur qu'il faudra nécessairement corriger.

Notre lutte c'est que les prochaines élections, qu'elles soient présidentielles, législatives ou locales, soient justes, transparentes, équitables et apaisées comme ce fut le cas au Ghana et au Bénin voisins. Il est fondamentale qu'au lendemain des élections le vaincu sert la main au vainqueur.

Republicoftogo.com : Le Codep aura-t-il un candidat pour la présidentielle de 2010 ?

Bassabi Kagbara :

Nous aurons, le moment venu à prendre une décision collective au sein de notre Conseil à ce sujet.

Si nous n'avons pas de candidat, notre préférence ira à celui le mieux à même de prendre en compte notre programme.

Notre pays a accusé un grand retard et il est important que nous redonnions de l'espoir à la jeunesse.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine. 

Cina Lawson s'intéresse à la green tech

Environnement

Cina Lawson a assisté lundi à Paris au  ‘Tech for Planet’ organisé en marge du One Planet Summit.