Auto-évaluation et priorités gouvernementales

10/06/2014
Auto-évaluation et priorités gouvernementales

Djossou Sémodji

La Banque africaine de développement (BAD) appuie le Togo dans l’élaboration de l’indice minimum vital commun (IMVC). Il s’agit de mesurer les interventions du gouvernement dans les 400 cantons du Togo. Ces informations doivent permettre, le cas échéant, de réorienter les priorités.

L’IMVC porte actuellement sur 36 cantons. Les premières indications révèlent qu’en milieu rural, 84% des jeunes ont accès à l’éducation. Reste à affiner les données concernant la santé ou l’emploi. Mais cette initiative n’est qu’à ses débuts.

L’indice regroupe 6 critères d’évaluation :  l’alimentation et la nutrition, la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement, le développement des capacités des populations à la base et le désenclavement des localités.

‘L’intérêt de l’IMVC est la possibilité pour chaque communauté d’évaluer ses propres besoins. La mission du gouvernement, pour sa part, consiste à appréhender les priorités et à réorienter, si besoin est, l’aide en fonction de l’urgence’, a précisé Djossou Sémodji, le ministre de la Planification.

L’élaboration de cet IMVC a été confié au ministère du Développement à la base.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Promouvoir la disponibilité de la fibre en accès libre

Tech & Web

Au moment où les autorités togolaises mettent le paquet pour développer la fibre, des experts internationaux douchent les ambitions du pays.

Lutte régionale contre le banditisme et le terrorisme

Coopération

Plus de 200 individus soupçonnés de banditisme et d’activités terroristes ont été arrêtées lors d'une opération de sécurité régionale.

La monnaie unique est sur les rails

Cédéao

Jean-Claude Brou, le nouveau président de la Commission de la Cédéao, a présenté devant les membres du Parlement de l’organisation son plan stratégique.

Prochaine mise en œuvre du WACA

Environnement

La Banque mondiale a annoncé en avril dernier une aide de plus de 50 millions de dollars sous forme de prêt et de don pour aider le Togo à lutter contre l’érosion côtière.