Auto-évaluation et priorités gouvernementales

10/06/2014
Auto-évaluation et priorités gouvernementales

Djossou Sémodji

La Banque africaine de développement (BAD) appuie le Togo dans l’élaboration de l’indice minimum vital commun (IMVC). Il s’agit de mesurer les interventions du gouvernement dans les 400 cantons du Togo. Ces informations doivent permettre, le cas échéant, de réorienter les priorités.

L’IMVC porte actuellement sur 36 cantons. Les premières indications révèlent qu’en milieu rural, 84% des jeunes ont accès à l’éducation. Reste à affiner les données concernant la santé ou l’emploi. Mais cette initiative n’est qu’à ses débuts.

L’indice regroupe 6 critères d’évaluation :  l’alimentation et la nutrition, la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement, le développement des capacités des populations à la base et le désenclavement des localités.

‘L’intérêt de l’IMVC est la possibilité pour chaque communauté d’évaluer ses propres besoins. La mission du gouvernement, pour sa part, consiste à appréhender les priorités et à réorienter, si besoin est, l’aide en fonction de l’urgence’, a précisé Djossou Sémodji, le ministre de la Planification.

L’élaboration de cet IMVC a été confié au ministère du Développement à la base.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.

Mobilité et développement

Diaspora

Plus d’un million de Togolais vivent à l’étranger. Leurs compétences et leur appui financier sont autant d'atouts pour contribuer au développement du pays.

Harmoniser le système d'indemnisation

Cédéao

Un automobiliste togolais circulant dans les pays de la Cédéao doit impérativement disposer d’une ‘carte brune’, le certificat international d’assurance.