Bawara veut jouer collectif

31/03/2009
Bawara veut jouer collectif

« Il serait vain de penser qu'au Togo il existe, d'un côté les offenseurs et de l'autre les offensés. Il n'y a pas d'avenir sans pardon.». Gilbert Bawara s'est voulu très consensuel lundi soir lors d'une émission de télévision consacrée à la réconciliation. Le ministre de la Coopération avait à ses côtés Me Isabelle Améganvi, député de l'UFC (opposition).

M. Bawara  a reconnu la nécessité pour tous les togolais de se pardonner mutuellement « et d'Œuvrer ensemble pour la construction d'une nation unie et prospère ». Oui, à-t-il indiqué, certains faits marquants de l'histoire du Togo doivent être revisités de manière à situer les responsabilités. C'est d'ailleurs l'objectif principal de la future Commission « Vérité, justice et réconciliation ». « Une structure que le gouvernement veut totalement libre et indépendante », a rappelé le ministre.M. Bawara a listé les différentes initiatives prises par le président Faure Gnassingbé pour favoriser la réconciliation et le pardon. Il a cité la création d'une commission indépendante pour faire la lumière sur les violences d'Avril 2005, la venue de la Commission des Nations Unies pour rétablir les faits sur ces violences, la création d'un Haut commissariat pour la rapatriement des réfugiés et à l'Action humanitaire, l'instauration du dialogue entre acteurs politiques et société civile, l'augmentation et la professionnalisation des forces de maintien de l'ordre pour éviter l'ingérence de l'armée ou encore la réforme de la justice.

« Le gouvernement est déterminé à créer les conditions qui devront favoriser ce pardon et cette réconciliation nationale au Togo, car nous sommes convaincus que nous devons jouer collectif si nous voulons un avenir pour ce pays » a conclu le ministre de la Coopération.   

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.