Belle unanimité sur la réforme de l’université

03/04/2014
Belle unanimité sur la réforme de l’université

Dama Dramani, le président de l'Assemblée nationale

Les députés ont adopté jeudi à l’unanimité la loi modifiant le statut des universités publiques du Togo. Le nouveau texte supprime le rectorat et la chancellerie et institue à leur place un Conseil de l’enseignement supérieur, sous la responsabilité  ministre de tutelle.

Selon le ministre de l’Enseignement supérieur, Octave Nicoué Broohm, cette réforme vise à mieux adapter la formation en mettant l’accent sur la professionnalisation de l’enseignement, la culture entrepreneuriale, l’innovation par la recherche universitaire au service de la société togolaise. Bref, une adéquation entre l’enseignement et les réalités du marché du travail.

‘Le fonctionnement du rectorat était non seulement coûteux, mais il était aussi dénoncé comme un goulot d’étranglement du système éducatif supérieur avec des conflits de compétences’, explique M. Broohm. Quant à la chancellerie, elle ne cadre plus avec les mutations générées par la reforme de l’Etat, et de l’administration publique, ajoute-t-il.

Le président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani, s’est félicité de l’adoption de la réforme qui, espère-t-il, permettra de mettre fin aux dysfonctionnements liés à la gouvernance dans les universités publiques.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers sont motivés à bloc

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé vendredi matin pour Libreville Ils affronteront le 16 janvier la Côte d’Ivoire dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Quatre malfaiteurs abattus par la police

Faits divers

Le groupe d’intervention rapide de la police a neutralisé jeudi un groupe de de braqueurs munis de fusils d’assaut de type AK47.

Démarche transparente

Sport

Pour connaître en direct la somme récoltée en faveur des Eperviers, le comité de mobilisation vient de lancer un site.

‘Notre rôle est de prévoir l’imprévisible’

Sport

Une large souscription publique a été lancée pour financer le parcours des Eperviers à la prochaine CAN. Certains protestent déjà.