Bodjona veut des arguments qui tiennent la route

15/03/2011
Bodjona veut des arguments qui tiennent la route

Le projet de loi destiné à toiletter le texte relatif aux manifestations publiques continue de susciter des réactions dans la classe politique et au sein de la société civile.
La nouvelle mouture, conçue d’après les recommandations du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH), est bien plus libérale que la précédente. Les rassemblements pourront désormais se tenir les jours ouvrables et les demandes passent d’un régime d’autorisation à celui de simple déclaration.
Pourtant les critiques se poursuivent contre un projet jugé par certains comme une atteinte aux libertés.
Lundi, sept organisations de défense des droits de l'homme (Acat-Togo, ATDH, ATDPDH, CACIT, CTDDH, LTDH, Wildaf-Togo) ont demandé son retrait et l’ouverture de discussions pour aboutir à un texte consensuel.
Le ministre de l’Administration territoriale, Pascal Bodjona, a rappelé ce qu’il avait dit il y a quelques jours : « C’est un projet de loi qui peut être modifié et complété avant l’envoi à l’Assemblée ».
Il a indiqué que le gouvernement était disposé à recevoir toutes les contributions susceptibles d'améliorer le texte « dans l'intérêt de tout le peuple togolais".
Que ceux qui critiquent le projet donnent leurs arguments, demande le ministre.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.