Bodjona veut des arguments qui tiennent la route

15/03/2011
Bodjona veut des arguments qui tiennent la route

Le projet de loi destiné à toiletter le texte relatif aux manifestations publiques continue de susciter des réactions dans la classe politique et au sein de la société civile.
La nouvelle mouture, conçue d’après les recommandations du Haut Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH), est bien plus libérale que la précédente. Les rassemblements pourront désormais se tenir les jours ouvrables et les demandes passent d’un régime d’autorisation à celui de simple déclaration.
Pourtant les critiques se poursuivent contre un projet jugé par certains comme une atteinte aux libertés.
Lundi, sept organisations de défense des droits de l'homme (Acat-Togo, ATDH, ATDPDH, CACIT, CTDDH, LTDH, Wildaf-Togo) ont demandé son retrait et l’ouverture de discussions pour aboutir à un texte consensuel.
Le ministre de l’Administration territoriale, Pascal Bodjona, a rappelé ce qu’il avait dit il y a quelques jours : « C’est un projet de loi qui peut être modifié et complété avant l’envoi à l’Assemblée ».
Il a indiqué que le gouvernement était disposé à recevoir toutes les contributions susceptibles d'améliorer le texte « dans l'intérêt de tout le peuple togolais".
Que ceux qui critiquent le projet donnent leurs arguments, demande le ministre.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Subventions US aux ONG togolaises

Santé

Le Fonds des ambassadeurs pour l’Afrique de l’Ouest (WAAF) est un dispositif initié par les Etats-Unis, via USAid, destiné à améliorer la santé de la population.

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.