Bonfoh plaide pour une société «juste et prospère »

02/04/2008
Bonfoh plaide pour une société  «juste et prospère »

Des délégations du Niger, du Bénin, du Ghana, du Burkina Faso, du Mali et de RDC ont assisté mardi à Lomé à la rentrée parlementaire.

La première depuis les élections législatives du 14 octobre 2007. Les députés s'étaient contentés de se réunir en urgence fin décembre pour adopter la loi de finances 2008.Cette session est particulièrement chargée avec l'examen puis le vote de 47 projets de lois. Les services de l'Assemblée nationale font savoir que 25 textes seront traités en priorité pour respecter les priorités fixées par le gouvernement en matière de réformes politiques, économiques ou sociales.

Dans son discours d'ouverture, le président de l'Assemblée, Abbas Bonfoh, a plaidé pour la réconciliation nationale : « Comment trouver la juste mesure entre la nécessité d'oublier le passé et le désir de notre société de projeter son regard et son énergie vers l'avenir ? Quel rôle les députés peuvent-ils jouer dans ce processus ? Quels sont les instruments les mieux adaptés pour faire avancer la Réconciliation Nationale ? » s'est interrogé M. Bonfoh.

Il a souhaité que l'institution joue pleinement son rôle de « stabilisateur, d'édificateur d'une société juste et prospère dans la plus grande sérénité ».

L'Assemblée nationale du Togo compte 81 députés ; 50 du RPT (au pouvoir), 27 de l'UFC (opposition et 4 du CAR (opposition).

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.