CELI : 279 membres désignés

20/02/2007
CELI : 279 membres désignés

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) chargée d'organiser les prochaines élections législatives a rendu public lundi, la liste des membres des Commissions électorales locales indépendantes (CELI).

Au total 279 personnes sont désignées dans les 30 préfectures et la Commune de Lomé.Chaque préfecture est composée de 9 membres à raison de deux pour le Rassemblement du Peuple togolais (RPT), un pour le gouvernement, un pour chacune des cinq formations politiques d'opposition ayant pris part au dialogue national (UFC, CAR, CPP, PDR, CDPA) et un magistrat.

Cette nouvelle configuration des CELI est conforme à l'accord politique global signé le 20 août par les différents acteurs politiques.

Les CELI sont chargées notamment d'assurer dans les préfectures et dans la commune de Lomé, l'exécution des décisions de la CENI, de superviser les opérations référendaires et électorales dans les bureaux de vote, de désigner les délégués chargés du contrôle des opérations de vote.

Aucune date n'a encore été fixée pour ces élections mais la Commission électorale nationale indépendante (CENI), chargée d'organiser ces élections a proposé le 24 juin.

Il est peu probable que cette date soit respectée, faute de temps pour la préparation du scrutin.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CAN 2017 : près d'un milliard a été levé

Sport

Le comité de mobilisation des fonds pour la participation des Eperviers à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) a publié mercredi ses comptes.

Brassage des cultures

Culture

Une ‘Caravane littéraire’ est organisée du 26 février au 4 mars. Elle se rendra dans 5 villes du Togo, du nord au sud. Un évènement culturel attendu.

La coopération multiforme du PNUD

Coopération

Une mission du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), dépêchée par le siège, est arrivée en début de semaine au Togo.

Le PGICT aura sans doute une suite

Environnement

Les pouvoirs publics entendent renforcer la gestion des risques d’inondations et de dégradation des sols dans les zones rurales et urbaines.