CPDC : Kagbara veut apporter sa « modeste contribution »

13/10/2011
CPDC : Kagbara veut apporter sa « modeste contribution »

En qualité de président du Parti démocratique panafricain (PDP), une petite formation politique, Bassabi Kagbara est membre du Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC) qui réunit la plupart des partis politiques de la majorité et de l’opposition. Dans un entretien accordé à republicoftogo.com, il assure ne pas être là pour faire de la figuration. Il propose toute une série de réformes allant de la limitation du mandat présidentiel à un redécoupage électoral.

M. Kagbara, qui dirige un groupe d’universités privées au Togo et dans plusieurs pays d’Afrique, s’était présenté aux dernières élections présidentielles rassemblant sur son nom 0,41% des suffrages.

Republicoftogo.com: Quelle influence peut-avoir votre parti au sein du CDPC face à des formations bien plus puissantes ?

Bassabi Kagbara : Le PDP veut jouer un rôle d’avant-garde. Nous souhaitons, grâce à notre participation, créer les conditions d'un jeu politique sain où chaque acteur se respecte et oeuvre pour l'intérêt  de la nation. 

Il est de notre devoir d'apporter notre modeste contribution dans la mise en place de nouvelles institutions sur la base du consensus et de la confiance mutuelle pour sortir définitivement le Togo d’une crise qui n’a fait que trop durer.  

Republicoftogo.com : Il s’agit là de généralités, mais avez-vous des propositions concrètes à présenter aux membres du CPDC ?

Bassabi Kagbara : Bien entendu et c’est la raison pour laquelle nous somme partie prenante de ce Forum de dialogue.

Je ne vais pas toutes vous les énumérer ce serait fastidieux, mais voici les plus importantes. Il y a  la limitation du mandat présidentiel à 2 termes et le candidat doit avoir 40 minimum et 75 ans maximum, le retour à un scrutin uninominal à deux tours pour les élections législatives  et présidentielles, des prérogatives plus fortes pour le Premier ministre, un redécoupage électoral ou encore une recomposition de la Commission électorale indépendante (Céni).

S’agissant de la gestion de l’Etat, mon parti préconise la réforme de certains organes afin de promouvoir une vraie gouvernance démocratique. Je pense, notamment, à l’Autorité de régulation des marchés publics , à la la Commission nationale de privatisation des sociétés d’Etat et à la Commission nationale de lutte contre la corruption et le sabotage économique,  

Photo : Bassabi Kagbara lors de la campagne pour l’élection présidentielle de mars 2010

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.